Carlos ZANON : Soudain trop tard

0
384
Espagne

INFOS ÉDITEUR

soudain trop tard - carlos zanon

Parution aux éditions Asphalte en septembre 2012

Parution aux éditions Livre de Poche en avril 2014

Traduit par Adrien Bagarry

Barcelone. Un bar de quartier populaire, à l’aube. Epi, petite frappe notoire, fracasse le crâne de son ami Tanveer, puis s’enfuit retrouver Tiffany, la femme pour laquelle il a commis l’irréparable. Son frère, Álex, tente de le retrouver et de l’aider. Mais de quel secours peut être un ancien toxicomane schizophrène ? Soudain trop tard est le récit de la journée et de la nuit qui ont précédé le meurtre, et où tout a basculé. Sur fond de misère sociale, dans une ville touchée par la crise, émerge toute une galerie de petites gens marginalisés, personnages tragi comiques et terriblement touchants, occupés à survivre, entre optimisme et désespoir.

(Source : Livre de Poche – Pages : 286 – ISBN : 9782253177685 – Prix : 6,60 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Premier chapitre, le choc…Dans un bar populaire de Barcelone, aux premières heures du matin, Epi fracasse le crâne de son ami Tanveer sous les yeux de son frère Alex, du patron du bar…C’est le début d’une journée synonyme de descente en enfer…

« Soudain trop tard » est le récit de ce qui s’est passé avant ce meurtre et le déroulement de la journée qui a suivi… J’avoue avoir été perturbée, au début, par la narration, les flashbacks, je n’arrivais pas trop à savoir à quel moment se passait l’intrigue. Après quelques chapitres, j’ai enfin trouvé mon rythme de croisière, m’attachant progressivement aux personnages…

Dans ce roman noir, Zanon dépeint Barcelone, bien loin des images de cartes postales, de l’euphorie de La Rambla, des fêtes endiablées au Port Olympique, même si au final aucun quartier n’est cité. Ici, loin des masses touristiques, nous découvrons des femmes et des hommes qui tentent de s’en sortir tant bien que mal, malgré un désœuvrement ambiant à l’image du personnage de Jamelia, qui voit dans l’ouverture d’un supermarché, la chance de sa vie d’échapper un peu à l’influence de sa sœur Tiffany et de faire la fierté de sa mère. Zanon fait le portrait de personnages pour qui la vie s’écoule au rythme des cafés pris au bar du coin, les potes avec qui on traîne…Mais quand la jalousie, la dope s’en mêle, ça peut vite tourner au meurtre… L’acte d’Epi est un acte désespéré, celui d’un homme que l’amour a rendu fou…Il a tué son principal rival Tanveer, tous deux épris de la même femme : Tiffany. Cette gamine qui a compris bien vite son pouvoir sur les hommes, qui en use et en abuse. Cette femme elle-même victime de la violence de Tanveer (certains passages sont hard, ce n’est plus de l’amour, c’est de la rage) mais qui paraît presque en jouir. Ce Tanveer est loin d’être un saint…Une histoire de camionnette, de violences sur les prostituées va vite interpeller les mossos, la police catalane. Alex, le frère d’Epi, va désespérément essayer de couvrir son frère, de le joindre toute la journée, peut être trop tard… Ses accès de schizophrénie, les souvenirs de sa mère disparue, ne vont pas l’aider à y voir clair…

Zanon alterne phrases courtes et grandes envolées, un mélange qui rend le récit intense, qui contribue à vous tordre les boyaux.

Un roman qui laisse peu de place à l’optimisme, où la violence est omniprésente (que ce soit la violence physique ou psychologique) et qui vous pète à la figure !

Un roman noir qui m’a plu mais qui je sais, ne plaira pas à tout le monde !

Je suis curieuse de découvrir le 2ème livre de l’auteur « N’appelle pas à la maison ».

Advertisement
Lucie Merval est libraire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.