Arnaud PAPIN : Sans mobile apparent

0
330
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Sans mobile apparent - papin

Parution aux éditions Ex Aequo en mai 2011

Avez-vous déjà lu un livre où le narrateur lui-même cherche à se disculper d’une série de meurtres à connotation sexuelle qui parviennent les uns après les autres dans son sillage ? Sans mobile apparent entraine le lecteur dans une intrigue à rebondissements qui prend place entre l’Angleterre, le Maroc, et la France. Le narrateur nous fait pénétrer dans les coulisses d’une agence de développement personnel Londonienne, avant d’embarquer son lecteur au travers d’un périple touristique au pays du soleil qui tourne au vinaigre : l’une des participantes disparait dans des conditions étranges. C’est la seconde cliente à qui cela arrive. Philippe Ray, coach pas très convaincu par son métier, doute fortement que ses clientes se soient donné la mort volontairement. Il décide de mener l’enquête, notamment parce qu’une Juge le tient dans son collimateur et colle deux énergumènes de la brigade criminelle à ses trousses…

Sans Mobile Apparent est son premier roman publié aux éditions Ex-æquo.

(Source : Ex Aequo – Pages : 174 – ISBN : 9782359621594 – Prix : 22,00 €)

L’AVIS DE LAETITIA

« Sans mobile apparent » c’est tout d’abord une intrigue.

Le narrateur, Philippe Ray, travaille pour une agence de développement personnel à Londres, une espèce de coaching pour personnes friquées avec du vague à l’âme, de la psychologie moderne en quelque sorte. Une de ses cliente/patiente a été retrouvée morte. Un meurtre déguisé en suicide, il fut suspecté puis relaxé. Mais lors d’un voyage au Maroc aux objectifs thérapeutiques, un nouveau meurtre va pousser Philippe à enquêter sur ce tueur récidiviste… est-ce l’un des membres du groupe ?

« Sans mobile apparent », c’est aussi du texte dru…

« C’est fait, c’est fait. Inutile de chercher à stopper le cours de la vie. Elle défile à vitesse grand V. Les paysages nous passent sous le nez alors que nous sommes dans le train à regarder par la fenêtre. Nous traversons des villes, nous les dépassons puis elles disparaissent. Seul le vague souvenir de les avoir traversées demeure, puis celui-ci finit pas s’effacer totalement de notre mémoire. Il n’en reste plus que des vestiges. Nous ne pouvons pas vraiment agir sur le cours des choses. Sur ce qui se déroule dehors. Notre pouvoir d’action se limite à des interférences sur ce qui se passe à l’extérieur des wagons. Espérer agir sur l’extérieur, moduler les paysages à notre bon vouloir, c’est un rêve fou. Comme celui de vouloir repousser l’instant final toujours plus loin. »

Le narrateur, en tant que « coach psychologique » tient finalement bien son rôle au travers de réflexions poussées qui prennent appui sur la vie de ses clients mais aussi sur sa propre expérience. Réflexion qu’il mène non seulement sur le sens de la vie de chacun (dont la sienne) mais aussi sur le plan sentimental. Une belle partie de texte est tournée vers l’amour naissant de Philippe et de la jolie Laïla, la guide marocaine.

Je dirai que finalement le livre est coupé en deux. La première partie s’attardant sur cette introspection du narrateur, mais aussi sur les descriptions de chaque personnage qui participe au voyage marocain. On se fait une idée très précise des personnalités aux variables marquées.

Et la deuxième partie entièrement tournée vers l’intrigue et la quête de ce tueur.

Si vous ne connaissez pas encore cet auteur… faut le tester !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.