Anne FINE : Le passage du diable

0
85
Anne FINE - Le passage du diable
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère – qui l’a gardé reclus, à l’écart du monde extérieur, et qui n’a cessé de lui répéter qu’il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer.
Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l’emprise de sa mère. Pris en charge par le docteur Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu’il tenait pour vrai jusque-là n’était qu’un tissu d’histoires racontées pour le protéger. Mais le protéger de quoi ?
De sa vie d’avant Daniel n’a gardé qu’une maison de poupée. Et pas n’importe quelle maison de poupée : c’est la réplique exacte de la maison natale de sa mère, une maison qui recèle de nombreux et sombres secrets. Jusqu’à quels vertiges ces secrets conduiront-ils Daniel ?

Petite, Anne Fine aimait les contes sinistres et bizarres. À neuf ans, elle était convaincue que sa maison était hantée. Si aujourd’hui elle ne croit plus aux fantômes, elle aime toujours les histoires qui font peur. Avec Le Passage du Diable elle veut effrayer (un peu) les enfants. Mais aussi raconter l’histoire d’un garçon dont le courage et la gentillesse vont lui permettre de surmonter des épreuves difficiles et d’en sortir grandi.

A partir de 13 ans et +

Origine Royaume-uni
Éditions École des Loisirs
Collection
Médium +
Date  Janvier 2014
Éditions École des Loisirs (poche)
Date 8 avril 2015
Traduction Dominique Kugler
Pages 220
ISBN 9782211222600
Prix 7,80 €

L’AVIS DE ANNE-LISE

J’ai eu beaucoup de mal à entrer dedans. Peut-être parce que pour moi, avant le milieu du roman, j’ai trouvé que l’intrigue mettait beaucoup de temps à se mettre en place.

Pourtant, j’ai fini par être happée par tout ce qui arrivait à Daniel, et surtout par tous les secrets concernant sa famille, celle de sa mère. 
Il y a un bon équilibre entre fantastique et réalité. Le fantastique empêche la réalité d’être trop triste (ou ennuyeuse) et la réalité empêche le fantastique de faire trop peur.

Les adultes ont leurs défauts et les enfants peuvent parfois être plus matures qu’eux.

Je conseille ce roman à tous les enfants de 9 ans et plus !

Bon courage dans le passage du Diable…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.