Wendy WALKER : Tout n’est pas perdu

0
1744
Etats-unis

INFOS ÉDITEUR

Tout n est pas perdu - wendy walker

Parution aux éditions Sonatine le 12 mai 2016

Traduit par Fabrice Pointeau

Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Ce thriller, d’une puissance rare, plonge sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine et laisse son lecteur pantelant. Entre une jeune fille qui n’a plus pour seul recours que ses émotions et une famille qui se déchire, tiraillée entre obsession de la justice et besoin de se reconstruire, cette intrigue à tiroirs qui fascine par sa profondeur explore le poids de la mémoire et les mécanismes de la manipulation psychologique.

(Source : Sonatine – Pages : 320 – ISBN : 9782355845154 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE LEA D.

Merci à Sonatine !

Jenny Kramer est une jeune fille de 15 ans, sans histoire et sans problème particulier. Jusqu’à cette malheureuse soirée, où elle se fait violer de manière extrêmement brutale. Pour l’aider à dépasser ses traumatismes, les médecins ont appliqués sur elle un traitement effaçant de sa mémoire cette agression. Il est peut-être bénéfique d’oublier certains événements, mais à quels prix ?

Jenny s’est peut-être remise plus rapidement, mais avec ses souvenirs de l’agression ont disparu toutes chances d’identifier son violeur, qui pourrait frapper de nouveau. Mais de manière plus large, même si son esprit a oublié les détails de cette soirée, son viol reste présent dans son corps et enfoui loin dans sa mémoire, n’attendant qu’une occasion de resurgir.

Tout n’est pas perdu nous plonge dans les méandres de la mémoire, à travers le récit d’Alan Forrester, le thérapeute. Il reçoit Jenny en consultation, tentant de l’aider à avancer et de retrouver sa mémoire perdue ; mais dans le même temps, il va également recevoir Charlotte et Tom, les parents de la jeune fille tout en continuant à travailler avec ses autres patients. Parmi tous les habitants de cette petite ville, beaucoup portent un masque qui s’effrite peu à peu. Les secrets et les fissures apparaissent, des questions se posent, et certaines personnes ne songent qu’à l’agresseur, devenant aveugles à toutes autres choses.

Quand je me suis plongée dans Tout n’est pas perdu, je ne connaissais pas Wendy Walker. Mais c’est un peu normal, étant donné que c’est son premier roman traduit en France ! Malgré tout, il parait que Tout n’est pas perdu a suffisamment convaincu pour être en cours d’adaptation par la Warner et les producteurs de Gone Girl.

Tout n’est pas perdu est un roman que j’ai apprécié de découvrir : plus qu’une enquête policière basique, on se retrouve plongés dans la psychologie des personnages. Le destin de chacun s’entrecroise, nous plongeons dans différentes pensées, différentes ombres… On peut dire Wendy Walker a eu le grand talent de composer une galerie de personnages tous plus intéressants et fouillés les uns que les autres !

Une lecture que je recommande.


L’AVIS DE PEPITA SONATINE

 » La vérité peut vous reconstruire, elle peut aussi vous détruire. « 

Un thriller dérangeant qui dissèque les méandres de la psychologie humaine. Roman puissant sur la manipulation mentale, qui nous plonge sans pitié , dans un puits de souffrance psychique dont il est difficile de refaire surface.

Démarrage d’emblée avec une scène violente, le viol de Jenny, jeune fille de 15 ans, qui sera une porte ouverte à la déchéance de la famille Kramer.

Le psychiatre, narrateur de cette descente aux enfers et de cette reconstruction espérée, analyse, écoute, décompose, recompose et devient acteur de cette intrigue parfaitement orchestrée.

Une vraie réussite. 340 pages de lecture intense !!!

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.