Stéphane MARCHAND : Maelström

2
333
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Stephane MARCHAND - Maelström
Maelström

Parution aux éditions Flammarion en mai 2011

Parution aux éditions J’ai Lu le 09 mai 2012

Le roman à reçu le prix du premier roman policier de la ville de Lens

« Je suis venu vous dire que vous allez mourir. Signé : le Maestro »

Cette inscription tracée en lettres de sang sur le mur de son salon bouleverse Harold Irving, un écrivain dont la vie part en lambeaux.S’engage alors un terrifiant jeu de massacre orchestré par le Maestro.

Pris au piège de ce tueur machiavélique et sans limites, Harold va s’unir à Dexter Borden, un flic du FBI et Franny Chopman, un médecin légiste, pour tenter d’enrayer la mécanique d’une implacable vengeance.

Mais comment échapper à un monstre qui a tout prévu, tout planifié, anticipé la moindre de vos réactions ?

Entre Dexter et Californication, Maelström vous entraîne de San Fransico à Philadelphie dans ses courant irrésistibles.

(Source : Flammarion – Pages : 343 – ISBN : 9782081258235 – Prix : 19,90 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

La partie n’est jamais terminée

Quand Harold Irving, un écrivain désenchanté découvre l’inscription  » Je suis venu vous dire que vous allez mourir. Signé : Le Maestro », il n’imagine pas à quel point sa vie va être bouleversé. Il s’unit alors à Dexter Borden, agent du FBI pour mener l’enquête. Mais une enquête en dehors du protocole, car le Maestro a été clair, ceci doit rester entre eux, sinon il commettra des attentats. Très vite, Le Maestro signe ses premiers meurtres avec une ingéniosité sans pareil. Les deux hommes sont chargés à l’aide de Franny Chopman d’examiner les corps laissés et de trouver les indices qui mènent au Maestro. Mais celui-ci n’a rien laissé au hasard…Très vite, l’étau se resserre et les deux compagnons d’infortune commencent à comprendre qu’ils sont entraînés dans une machination qui concerne leur passé et le meurtre d’une jeune femme Lil Baker…

La lecture est fluide, bercée sur la musique de Louis Amstrong. Les meurtres commis par le Maestro sont d’une ingéniosité implacable…Il utilise nos deux personnages comme des marionnettes, ainsi que les personnages secondaires. Dexter Borden et Harold Irving sont des personnages attachants, particulièrement celui-ci qui souffre de problèmes de mémoire et qui va peu à peu tenter de recouvrer ses souvenirs, particulièrement le jour où son amour de jeunesse est morte. Le doute alors s’insinue en lui, est-il le meurtrier ? Est-ce cela que le Maestro veut lui faire payer ?! Il ne faut pas négliger non plus les personnages secondaires. Parfois je me demandais pourquoi il avaient autant d’importance.

Le livre est constitué comme un véritable puzzle. Tout s’imbrique dans les deux derniers chapitres, c’est diabolique. Je pensais avoir tout compris et bien non ! Un livre mené comme une partie de poker (thème évoqué dans le livre) où le bluff est plus que de mise !

Palpitant !!!

Advertisement
Lucie Merval est libraire

2 Commentaires

  1. Belle chronique Lucie !
    J’avais adoré ce premier roman de l’auteur, dans la rubrique thriller ! j’espère qu’on le reverra très vite en solo !

  2. Il est terrible ce bouquin, il fait partie de ceux qu’on ne peut plus lâcher une fois commencé. J’avais beaucoup aimé ce « concept » de tueur qui mène la danse et manipule ses marionnettes au gré de ses humeurs et de ses envies du moment. De quoi s’arracher les cheveux et devenir maître dans l’art du poker menteur avec la recette de Stéphane Marchand. A lire absolument !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.