Qiu XIAOLONG : Enquête de Chen Cao – 12 – Un dîner chez Min

0
184
Qiu XIAOLONG : Enquête de Chen Cao - 12 - Un dîner chez Min
-

Présentation Éditeur

L’inspecteur Chen n’est plus à la tête des affaires spéciales de la police de Shanghai. Directeur du nouveau Bureau de la réforme judiciaire, légèrement désœuvré, il caresse l’idée d’écrire une nouvelle autour du célèbre juge Ti. Vieux Chasseur le contacte pour lui demander de l’aider dans une enquête sur Min, une courtisane, accusée du meurtre de sa cuisinière. Elle recevait à sa table des « gros-sous » et vient d’être appréhendée par la Sécurité intérieure. L’affaire rappelle étrangement à Chen une enquête du juge Ti sous la dynastie Tang, et l’arrestation d’une poétesse. Aidé par sa piquante secrétaire Jin, Chen réunit des indices, quand un des convives de Min, l’antiquaire Huang, est assassiné. Puis c’est au tour d’une jeune policière de la brigade criminelle, empoisonnée dans l’hôtel où était détenue Min… Chen suit une piste en toute discrétion, quand il vole au secours de sa secrétaire sur le point d’être agressée par Zheng, un autre convive de la cuisine privée. Arrêté, Zheng avoue avoir commis les trois meurtres. Cependant, pour Chen, un doute subsiste…

Origine Chine
Éditions Liana Levi
Date 4 février 2021
Traduction Adélaïde Pralon
Pages 320
ISBN 9791034903641
Prix 18,00 €

L'avis de Yannick P.

Nous voici embarqués avec le retour de l’inspecteur Chen, aujourd’hui directeur du nouveau Bureau de la réforme judiciaire, un placard doré.

Un diner chez Min porte des saveurs opposées, suaves, sucrées et parfois aigres.

L’incorruptible poète est toujours policier, même si on cherche à l’évincer de la police de Shanghai. Il demeure droit dans une société où il faut savoir louvoyer et décrypter les non-dits mais aussi traduire les sens cachés des actions et des silences. On lui adjoint une secrétaire, autant pour l’aider que le surveiller. Elle se révèlera être un personnage secondaire plus dense qu’il n’y parait.

C’est dans cette Chine actuelle, que Qiu nous sert une courtisane, Min, dont la table réputée aux saveurs parfumées et travaillées est le lieu de rencontres discrètes des « gros sous », des haut-placés, des membres du parti. Min est accusée du meurtre de sa cuisinière.

Bien que mis en convalescence forcée par le pouvoir, Chen va enquêter sous couvert d’une réécriture d’une enquête du juge Ti (dynastie Tang) auparavant traduite par le diplomate néerlandais Robert van Gulik dans les années 40 et m’étant en cause l’arrestation d’une poétesse. Un curieux et agréable parallèle qui permettra à Chen de fouiller ci et là. Ce même parallèle offre à Qiu la possibilité de poser une critique de la société chinoise. (Pour mémoire, le père de Qiu Xiaolong fut victime des Gardes rouges pendant la Révolution culturelle et lui-même fut interdit d’études durant plusieurs années.)

Un diner chez Min est par ailleurs, un excellent moyen d’entrer dans cet univers de polar Chinois et de faire connaissance si ce n’est pas déjà fait avec l’inspecteur Chen mais aussi avec le Juge Ti – Sherlock avant l’heure, personnage ayant existé au VIIème siècle de notre ère. Sa capacité de déduction en fit une légende jusqu’à être repris par Qiu et van Gulik.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Serial Lecteur à la quarantaine tassée addict au roman noir" pour le reste, père aimant de 2 ados, marketeur de profession et amateur de whiskys, vins et de cuisine conviviale

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.