Philippe SETBON : Trilogie – Les trois visages de la vengeance

1
628
France

Sans avoir de personnages en commun, ces trois histoires se déroulent dans le même quartier parisien, celui des Batignolles dans le 17ème Arrondissement. Au fil des pages, on y retrouve des points de convergence, parfois délibérés de la part de l’auteur, parfois inconscients. La vengeance bien sûr, comme fil rouge : vengeance personnelle, soif de justice aveugle, punition des « méchants » de notre quotidien… Trois visages seulement, alors qu’il en existe encore tant d’autres. Mais trois facettes qui se complètent et aboutissent au même résultat meurtrier.


Tome 1 – Cécile et le monsieur d’à coté

trois visages de la vengeance - 01 - setbon

Parution aux éditions Caïman le 25 septembre 2015

Cécile, obligée de déménager suite à une déception sentimentale aurait-elle trouvé son ange-gardien en s’installant dans le quartier des Batignolles ? Toujours est-il que ses problèmes se règlent les uns après les autres, de manière pour le moins expéditive. Simple hasard ou intervention extérieure ? Quel rôle joue son voisin, Servais Marcuse, un grand-père débonnaire qui vit dans les souvenirs d’une vie aventureuse ? Aurait-il repris du service pour les beaux yeux de sa nouvelle voisine ? L’aurait-il côtoyée dans une vie antérieure ?

Il faudra attendre les dernières pages de ce roman pour dénouer les fils, découvrir les secrets et les motivations de chacun des personnages de ce nouveau polar de Philippe Setbon…

(Source : Caïman – Pages : 190 – ISBN : 9782919066230 – Prix : 12,00 €)

L’AVIS DE SEBASTIEN MOUSSE

Cécile, obligée de déménager suite à une déception sentimentale aurait-elle trouvé son ange-gardien en s’installant dans le quartier des Batignolles ? Toujours est-il que ses problèmes se règlent les uns après les autres, de manière pour le moins expéditive. Simple hasard ou intervention extérieure ? Quel rôle joue son voisin, Servais Marcuse, un grand-père débonnaire qui vit dans les souvenirs d’une vie aventureuse ? Aurait-il repris du service pour les beaux yeux de sa nouvelle voisine ? L’aurait-il côtoyée dans une vie antérieure ? Il faudra attendre les dernières pages de ce roman pour dénouer les fils, découvrir les secrets et les motivations de chacun des personnages de ce nouveau polar de Philippe Setbon… Extrait : – Pas de panique, le rassura Servais. Il en a pour une minute grand maximum… Et effectivement, trente secondes plus tard, l’occupant des lieux s’affaissa comme un tas de chiffons dans le vestibule, les jambes secouées de soubresauts. Charley fixait le corps, puis M. Marcuse, puis encore le corps… Il n’avait plus une goutte de salive dans la bouche, ses mains s’étaient glacées à lui faire mal, son cœur lui était remonté contre le palais.
—  Qu’est-ce que vous avez fait, chef ?
—  Ça paraît pourtant clair, Charley… Qu’est-ce que tu n’as pas compris ?

Une magnifique découverte que ce court roman, premier d’une trilogie. L’écriture de Philippe Setbon est agréable, légèrement cynique et surtout il y a comme un faux air  du cinéma des années cinquante. Ces films  de Lautner, Audiard, non pas forcément pas les dialogues, nous ne sommes sans pas dans le verbiage argotique, bien que de temps à autres, il arrive qu’un échange entre les personnages soit dans le style.

Mais je n’ai pu m’empêcher de voir Gabin dans le rôle de Servais Marcuse, et encore, parce que malheureusement nous n’avons pas pu le voir vieillir, mais je pense que le rôle aurait été encore mieux à Lino Ventura.

Car lorsqu’un scénariste prend la plume en main pour un roman, c’est presque un film, les images viennent d’elles-mêmes, s’imprime dans votre encéphale et le film se déroule naturellement.

Qui est vraiment monsieur Marcuse ? On le découvre au fil des pages, on le prend en affection, mais le mérite t-il ? Est-ce nous ne sommes pas un peu pervers d’aimer ce genre de personnage, où plutôt n’est-il pas le côté sombre de notre âme bien pensante, celui qui apporterai la vengeance ?

Des personnages hauts en couleurs, sympathiques ou répulsifs, ils laissent rarement indifférent et c’est tant mieux.

Un roman à découvrir aux éditions du Caïman, éditions dans la tourmente à cause d’un diffuseur distributeur, le meilleur moyen d’aider cette maison c’est bien sûr d’acheter les livres qu’elle publie, mais en plus directement par son site : www.editionsducaiman.fr

L’extrait :

« Shrorninère ».
C’est le premier mot qu’elle entendit de la bouche du gros bonhomme et elle en conclut qu’il était soit étranger, soit gâteux, soit ivre-mort. En réalité, il s’avéra n’être rien de tout cela et Cécile s’habitua vite à sa diction pâteuse et précipitée. Ce mot, il l’utilisait souvent, ce qui dénotait un enthousiasme intact et une attitude positive face à l’existence. Car Cécile finit par comprendre d’elle-même que «  Shrorninère » était une version très personnelle de l’adjectif « extraordinaire ». Une fois qu’on avait pris le pli, on n’y faisait même plus attention. Comme disait Servais Marcuse, « c’est shrorninère à quelle vitesse on s’habitue à tout ». Même au pire.

Surtout au pire.


Tome 2 – T’es pas dieu, petit bonhomme…

T es pas Dieu, petit bonhommeParution aux éditions Caïman en janvier 2016

Qu’est-ce qui peut pousser un individu à immoler son prochain ? Fred, auteur en mal d’inspiration, se pose la question. Le besoin de se faire connaître ? L’obéissance aux injonctions d’un dieu quelconque ? La vengeance ? Fred se lance dans l’écriture de son roman. Mais est-ce bien d’une fiction qu’il s’agit ? Dans son quartier, les Batignolles à Paris, celui que tout le monde appelle désormais « Le Faucheur » sème la mort sur son passage et redonne de l’inspiration à notre auteur… Le face-à-face est inévitable.

(Source : Caïman – Pages : 190 – ISBN : 9782919066360 – Prix : 12,00 €)

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Second tome de la trilogie des trois visages de la vengeance.

Le seul point commun dans cette trilogie, c’est le lieu, je quartier des Batignolles dans le XVII arrondissement de Paris.

J’avais adoré le premier opus Cécile et le monsieur d’à coté. Et bien il en est de même avec celui-ci. Setbon, c’est bon ! voilà le slogan littéraire le plus pourri de 2016 et j’en revendique la paternité sans aucun souci.

L’écriture de Philippe Setbon est noire à souhait, aussi noire que la fumée que dégagent les cadavres que sème le Faucheur sur sa route… pourquoi ce type enflamme t-il ses victimes ? Quelle mort plus atroce que de finir carbonisé, d’être brûlé vif ?

Qui est-il ?  Qu’est-ce qui relie toutes ces victimes entres elles ? De quoi, de qui veut-il se venger en appliquant un tel supplice à ces pauvres hères ?

Et Fred, lui enflammera t-il le cœur de Lynda ?

Voilà les questions que le lecteur va se poser, pour avoir certaines réponses en toutes dernières pages.

Ha j’en vois venir certains, les pisses-froid, rabat-joie et autres mauvais coucheurs, qui vont lancer à la cantonade : Peut-être, mais bon, Setbon il ne se foule pas sur le thème, la vengeance, c’est éculé et resucée ! Peut-être mais déjà reste poli, puis la vengeance, tout comme la triangulaire amoureuse sont et resteront toujours des thèmes d’inspiration fabuleux. Puis surtout c’est traité d’une telle manière que c’est neuf. Oui, neuf, car j’ai rarement lu sur la vengeance avec un tel mélange de protagonistes cassés, brisés, déçus.

Là où est la force de ce court roman, c’est que si tu lis bien le bouquin, tous les personnages, Fred, Lynda, les victimes, les flics, les suspects, le tueur, tous sans exceptions sont torturés, ils sont tous à un moment merdé dans leur vie, soit cette dernière leur a fait un beau croche-pied. Un amalgame qui donne la teinte noire de ce roman, on cherche, les pages se tournent sans difficulté, le livre est à peine commencé, que déjà le mot fin apparaît à nos yeux…

Bravo monsieur Philippe Setbon, c’est fort bien joué, j’ai hâte de découvrir le troisième opus.


L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

Nous voici ici avec le deuxième volume de la trilogie de la vengeance. Il convient de préciser que ce roman peut se lire directement sans avoir lu le premier volume.

Tout commence avec Fred Jouvé, auteur à succès en panne d’inspiration depuis sa rupture et qui sombre dans la dépression. Sa seule occupation et de nourrir son chat, puis tout récemment il sort de sa routine grâce à son nouveau voisin, Benjamin. Mais cette rencontre n’est pas la seule qui lui redonne un nouvel élan : un SDF puis l’épicier se font bruler vif par un incendiaire surnommé le Faucheur. Il se dit alors que cette affaire lui servira d’inspiration pour son nouveau polar. Il se lance donc à fond dans ces évènements encouragés par son voisin et avec l’aide involontaire de Lynda Fragonard l’enquêtrice chargée de l’affaire…

Ce roman est court et se lit vite. Il ne se lit pas seulement parce qu’il est court, mais aussi parce qu’il est prenant. L’intrigue est simple, mais efficace. Nous comprenons vite qu’il s’agit d’une vengeance bien précise. Pour qui ? Pour quoi ? Nous le découvrirons qu’à la fin.

L’intrigue serait classique s’il n’y avait pas des personnages solides. C’est le cas ici. Nous avons 3 protagonistes, 3 blessés de la vie avec des cicatrices pas encore cicatrisées pour certains, et qui les tortures sans cesse, les consument.

Ces gens ordinaires sont la force de ce livre. Nous n’avons pas de super flic, pas d’âme de héros. Nous faisons face à des gens affrontant des évènements qui les dépassent et qui font en même temps les nœuds de l’intrigue. La profondeur des personnages est telle que l’on se sent bien avec Fred, Benjamin ou Lynda.

En résumé, le drame qui se passe aux Batignolles dévoile la personnalité des protagonistes tout en créant l’atmosphère de ces évènements.

Personnellement j’aime le roman noir, et celui-ci en est un fidèle exemple : tout est obscurité, tout est dit sans faux semblant, et la fin est d’un naturel logique.

Ce deuxième opus est une réussite, et je ne peux que conseiller de la lire.


Tome 3 – Un avant-goût des anges

Parution aux éditions Caïman en 2016

(Source : Caïman – Pages : .. – ISBN : .. – Prix : 00,00 €)

L’AVIS

Partagez le vôtre…

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.