Mehdy BRUNET : Goliat

0
108
Mehdy BRUNET : Goliat
-

Présentation Éditeur

La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux.

David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe.

Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme… Et bien plus encore…

Origine France
Éditions Taurnada
Date 3 septembre 2020
Pages 256
ISBN 9782372580748
Prix 9,99 €

L'avis de Christophe Dubourg

La mer de Barents, au large des côtes norvégiennes : Goliat, une plateforme pétrolière en proie aux éléments déchaînés, est le sinistre théâtre d’une série de meurtres odieux. David Corvin, ex-agent du FBI, va devoir utiliser toutes ses compétences pour stopper l’hécatombe. Mais au bout du chemin, il risque de perdre son âme… Et bien plus encore.

Mehdy Brunet construit son récit sur des temporalités différentes avec en point d’orgue, un huis-clos se déroulant sur une plateforme pétrolière, « Goliat ». Mehdy Brunet écrit bien, très bien même. Un style fluide et maitrisé qui dévoile ses informations quand il le faut, un sens du détail et une très bonne histoire qui tient la route. L’auteur maitrise son sujet, s’est parfaitement bien documenté pour l’élaboration de son thriller, et du côté des flics, et du côté du tueur, ça se voit (se lit) et se ressent durant toute la lecture. J’ai en outre particulièrement apprécié les clins d’œil à Eastwood dont il est un (énorme) fan. On croise en effet un « Munny », un « Shockley », issus des films du maître, références non indispensables certes, mais qui font toujours plaisir aux amateurs, dont je suis.

Quelques réserves cependant… Un choix de narration (la construction sur plusieurs axes temporels) et des temps utilisés qui peuvent déstabiliser au premier abord, et qui – selon moi – ôtent également au récit le suspense tendu qu’il aurait – à mon sens – mérité, une espèce de montée en puissance qui aurait permis au thriller de briller davantage. Une cassure de rythme due aux nombreux changements de temporalité que ne parviennent pas à endiguer des personnages par ailleurs très bien définis. Les retours en arrière brisent quelque peu l’élan général, alourdissent le propos en fracturant l’histoire et atténuent de ce fait – et selon moi – l’impact de ce thriller. De même, la partie huis-clos paraitrait presque anecdotique en regard de ce qui a précédé. Précisons quand même que mon avis est purement subjectif et que « Goliat » se lit très vite et très bien ( !) Je m’attendais peut-être davantage à un « Les loups de haute mer » bis, (film d’aventures maritimes de 1980 mettant en scène un commando emmené par Roger Moore), chargé d’intervenir sur une plateforme pétrolière prise en otage par un terroriste, ou bien encore à un pur huis-clos nerveux, sorte de « Die Hard sur une plateforme pétrolière » plutôt qu’à un récit fragmenté où Goliat est relativement peu présente…

À mes yeux les seuls « bémols » quelque peu dommageable au récit. Oui, « bémols » entre guillemets parce que faut pas déconner, « Goliat » reste un bon thriller aux personnages psychologiquement fouillés et à la construction originale.

Mais attendez… Peut-être bien qu’en fait, Mehdy Brunet a réussi son pari en déjouant mes attentes et en livrant au final un thriller plus original que ce à quoi je m’attendais ! Question de goûts et de couleurs ! Bref, que ma chronique ne vous effraie pas ! Ne nous y trompons pas, ces quelques réserves n’ont en rien entaché ma lecture et j’attends déjà le prochain roman de Mehdy Brunet avec impatience !

L'avis de Stanislas Petrosky

Medhi Brunet nous offre un thriller jouant sur la temporalité, un exercice pas si facile que cela en écriture…

2013 : Un crash aérien qui fait moult victimes.

2014 : le FBI traque un tueur en série qui sévit depuis un an en éviscérant ses victimes.

2016 : David et Abigaël, un couple au bord de l’abîme, embarque sur une plate-forme pétrolière pour tenter de recoller les morceaux, oui, c’est une idée comme un autre, et qui change !

2019 : David n’est plus que l’ombre de lui-même, émergeant d’une monstrueuse gueule de bois.
Bien sûr le roman commence en 2019, et la chronologie change à chaque chapitre, ou presque, sinon ce ne serait pas drôle. Le lecteur comprend donc dès le départ qu’il y a peu de chance de se réjouir d’une « happy end »…

Le personnage central est David Corvin, qui œuvre dans le milieu de la sécurité sur Goliat, la plate-forme pétrolière, un ancien du FBI qui a eu quelques mots avec ses supérieurs, ce qui lui a valu de prendre la porte. Quand il se retrouve loin de tout, en haute mer, qu’une tempête titanesque fait rage, et qu’un tueur est à bord, ses compétences passées refont surface pour tenter d’arrêter le massacre.

Si de par la construction du livre l’identité du serial killer n’est pas une surprise, méthode dite de Columbo, c’est le pourquoi du modus operandi qui est intéressant, tout comme le lieu de l’action, en huis-clos, qui rendent ce roman fort sympathique.

L'avis de Hélène B.

Une plateforme pétrolière en Scandinavie, une tempête épouvantable, et deux effroyables meurtres, voilà des ingrédients parfaits pour passer un bon moment de lecture. Et c’est chose faite, Medhi Brunet s’amuse avec le lecteur dés le début en superposant plusieurs évènements qui semblent n’avoir aucun rapport les uns avec les autres. Un accident d’avion en 2013, des meurtres quelques années après et enfin ces deux meurtres sur la plateforme en 2019. Quel est le point commun entre tous ces évènements ? Ce que nous savons c’est que David Corvin, un ex agent du FBI, se retrouve au cœur de ce fiasco alors qu’il est engagé pour la sécurité sur la plateforme avec son épouse qui est chercheuse. Ce dont nous sommes certains également est que Corvin est présenté dès le premier chapitre comme un homme blessé et cassé à jamais. La narration n’est donc pas linéaire et cela apporte sa dose de suspense au thriller.

Les pièces du puzzle s’emboitent au fur et à mesure de la lecture pour nous livrer la solution de l’énigme. Enfin la plateforme pétrolière nous offre un huis-clos original. Non seulement, elle se caractérise par sa grandeur mais surtout elle ressemble à un vrai labyrinthe pour toute nouvelle personne. Comment Corvin démêlera t’il le fil d’Arianne qui se présente à lui ?

Le dénouement m’a surprise et émue : il est certes violent psychologiquement mais rappelle au lecteur que c’est un sujet d’actualité encore tabou.

Je vous laisse découvrir lequel en ouvrant ce dernier thriller palpitant de Medhi Brunet.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.