Maud MAYERAS : Reflex

0
479
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

maud mayeras-reflex
Reflex

Parution aux éditions Anne Carrière en octobre 2013

Parution aux éditions Pocket en mars 2015

Iris, photographe de l’Identité judiciaire, shoote comme d’autres boivent, pour adoucir la douleur. Pour oublier la mort de son fils, Swan, sauvagement assassiné onze ans auparavant.

Henry Witkin, fruit d’une lignée chaotique de filles mères, tue pour le besoin de se vautrer dans la chaleur des chairs. Il écorche ses victimes avec soin et collectionne leurs odeurs comme des trophées.

Lorsque la canicule assèche la ville, lorsqu’elle détrempe les corps et échauffe les esprits, alors les monstres se révèlent. Ce n’est que lorsqu’il est pris au piège que le Mal dévoile ses canines.

Une histoire de cœurs étranglés, de mères aux crocs luisants, de prédateurs affamés.

(Source : Anne Carrière – Pages : 368 – ISBN : 9782843377198 Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE BRUNO CHANSON

Quelle claque!!!!! Un roman noir à souhait comme on les aime. Des flashbacks distillés avec une maestria incroyable. Jusqu’au bout, je me suis fait malmené par Maud avec un plaisir incroyable. Tout au long du livre, je pensais tenir la solution, fier de moi….. Et bien non. Maud a bien fait son travail et m’a complètement mené en bateau jusqu’à la fin.

D’un côté, nous avons Iris Baudry, en 2012. Iris est photographe de scènes de crimes, complètement torturée par la mort de son fils, 11 ans auparavant par un tueur en série. De l’autre côté, nous sommes en 1919 et nous y trouvons Julie, une jeune fille de 13 ans promise à un bien funeste destin.

Quel rapport entre les deux histoires? Je ne dirais rien de plus à part qu’il faut absolument lire ce magistral roman noir, saupoudré de thriller psychologique. J’ai lu pas mal de très bons bouquins depuis le début de l’année mais ce REFLEX sort du lot.

Maud Mayeras est une magnifique découverte en ce qui me concerne. Un style ultra efficace et des chapitres très courts ( la marque de fabrique de nos auteurs français ).

Une particularité à ce roman, c’est qu’à aucun moment, on ne sait où se situe l’action. Maud ne se perd jamais en conjectures inutiles et va droit au but. Il me tarde de découvrir son premier bébé: HEMATOME.

Un magnifique moment que j’ai passé avec Maud et j’en redemande.

Pour terminer, je dirais que REFLEX est une vrai bombe qui m’a littéralement explosé à la figure.

Une chose est sure, REFLEX fera parti de mes favoris 2014. Bravo Maud et continue comme ça, j’en veux encore


L’AVIS DE LEA D.

Parce que j’ai beaucoup entendu parler de Maud Mayéras, j’ai enfin décidée de me plonger dans Reflex.

Son personnage principal, Iris Baudry, fait partie de la police. Elle est photographe et est donc chargée de photographier les scènes de crimes sous toutes leurs coutures. Elle se plonge dans son travail pour oublier l’assassinat de son fils, il y a 11 ans de ça.

Mais on va la rappeler un jour dans sa ville natale, le cauchemar de sa vie, là où son fils a disparu et où son croque-mitaine de mère œuvre toujours. Iris va se replonger dans le passé, dans ses souvenirs, à tenter de reconstruire une relation avec sa mère. Une mère qui est pour le moins… spéciale, il faut le dire !

Avec tous les bons échos que j’ai entendus sur Maud Mayéras, j’espérais ne pas être déçue. Eh bien non ! Si Reflex ne se situe pas dans mon top 10 de thrillers préférés, il reste une bonne surprise et une excellente lecture. On est pris dans un grand huit de suspense et d’émotions, et Reflex – comme tous les bons romans policiers – a cette faculté de nous faire rester accrocher jusqu’à la fin sans espoir de retour. Une fin qui m’a vraiment surprise et qui m’a fait reconsidérer toute l’histoire d’un œil nouveau.

J’ai particulièrement apprécié Iris, son bégaiement et son parcours, plus que chaotique. Je me suis attachée à elle, j’ai eu envie d’en savoir plus, et surtout d’en savoir un peu plus sur son garçon disparu. Les révélations faites à son sujet sont particulièrement bien trouvées et bien amenés ! Les chapitres ont défilés tout seul, je ne me suis pas ennuyée, et j’avais hâte de voir ce qu’allait nous réserver Maud Mayéras.

Une bonne lecture !


L’AVIS DE YANNICK P.

Reflex de Maud Mayeras, un roman noir, où la lecture devient une sensation physique, autour d’histoires familiales saumâtres et douloureuses.

Reflex, est l’appareil photo qu’Iris Baudry, photographe de l’identité judiciaire utilise. Iris revient dans une ville maudite, celle de son enfance, où un tueur en série sévit, il écorche ses victimes. Une ville honnie, où son fils a été assassiné onze ans auparavant. Une ville, où dans une maison de retraite, la mère d’Iris, touchée par la folie, froide et sans cœur qui se meurt. Iris est à jamais prisonnière de la violence psychologique de sa mère. Elle en bégaie. Dans cette ville détestée, d’où elle s’est échappée, dans cette ville touchée par la canicule, Iris est prise au piège. Sans cesse victime. Consciencieuse, elle répond présent à chaque fois qu’elle doit shooter les cadavres. Elle les observe et les capture dans son viseur. Une manière d’exorciser ses propres démons, son cauchemar et sa vie sans saveur.

En parallèle, Maud Mayeras offre au lecteur l’histoire d’Henry. Celle d’un tueur en série issu d’une longue lignée de femmes que la vie et les hommes ont brisé. Violées, humiliées, battues, ces femmes ont donné naissance à un monstre. Il grandit au fil des paragraphes. Si la distance au monde d’Iris se fait à travers l’œil, celle d’Henry nécessite le touché et l’odorat. Tous les deux trainent de très noires cicatrices qui paraissent impossible à se refermer. Au fil de l’histoire, Henry rejoint d’Iris dans un présent dont je ne te parlerais pas. Saches, juste que le final est magistral. J’ai rarement été pris par un type de sentiment organique, troublé par une spirale d’horreur qui se matérialise. Maud, vous nous prend la main et nous ballade aux tréfonds d’un épouvantable glissement vers un effroi glacial. Pour tout avouer, j’avais fait quelques liens mais en aucun cas, je ne m’attendais à cette fin. Elle est forte, violente, théâtrale.

A à la première personne, cet ouvrage est un davantage un véritable roman noir qu’un thriller. Maud Mayeras a construit une pépite sur la noirceur de l’âme, où l’empathie du lecteur est mise à mal. Reflex, est une expérience sensorielle faite de violence, où sur le papier courent les sons, les goûts et les odeurs. Pas simplement les images cruelles capturées. Reflex, c’est une approche percutante et physique de la littérature. L’écriture est précise et incisive. Les personnages sont denses. Iris, sa mère, Henry, tous font face à leurs passé, à leurs démons. Tous sont les produits engendrés par un passé lourd, victimes de leur histoire familiale. Souvent troubles aux facettes multiples, parfois écœurants, ils font froid dans le dos tant ils sont humains. Certes d’aucun pourrait critiquer cette violence qui vous prend aux tripes. Mais rarement l’influence entre l’inné ou l’acquis, les alternatives engendrées par une éducation infligée n’ont été si prenantes. L’énergie dépensée par les personnages pour se voir offrir une alternative pour sortir de leur condition familiale, ou au contraire pour se figer dans une posture héritée, sont lourdes de conséquences. Le poids des secrets n’a dans ce livre, en pendant, que la cruauté infligée aux autres qu’ils soient issus de notre chair ou non. L’inhumanité n’est pas forcément synonyme de grossière, mais toujours d’une cruauté aveugle et sans limite.

Reflex, une réussite pour un second roman, un livre que l’on dévore de manière acharnée. Et si une pause me semble nécessaire pour reprendre pied dans une douce réalité, il est clair que Maud Mayeras, est une auteure dont il faut se souvenir. Elle a un véritable talent.

Advertisement
Jeune quinqua fringuant, serial Lecteur addict au roman noir" pour le reste, père aimant de 2 ados, marketeur de profession et amateur de whiskys, vins et de cuisine conviviale et auteur de TU JOUES TU MEURS !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.