Luca POLDELMENGO : L’homme en noir

0
215
Italie

INFOS ÉDITEUR

l'homme noir - poldelmengo

Parution aux éditions Rivages/Noir en février 2015

Traduit par Patrick VIGHETTI

Fabiana, directrice d’un hôtel à Rome, roule en scooter sur une petite route de campagne lorsqu’elle est heurtée de plein fouet par une Punto conduite par un dénommé Filippo, manifestement en état d’ivresse avancée. L’accident se produit sous les yeux d’Alida, une enfant Rom de 10 ans. Il se trouve que Fabiana était la soeur de Marco, inspecteur de police sans gloire qui rêve de fuir le monde sur l’île de Pâques. Voulant prouver à son père, haut placé dans la hiérarchie policière, qu’il est capable de faire la lumière sur ce qui se révèle être un crime, Marco mène l’enquête… 

(Source : Rivages – Pages : 256 – ISBN : 9782743629694 – Prix : 8,00 €)

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

L’homme en noir est un roman italien, un roman noir qui sous prétexte d’amitié entre un flic et un mafioso est une critique acerbe de la société italienne.

Trois grands protagonistes dans cette histoire, trois types différents, trois destins.

Il y a tout d’abord Marco le flic qui ne fait pas de vague, Marco qui a fait flic parce que son père était flic, il a juste marché dans les traces du géniteur.

Filoppo, le type au chômage qui va trouver un poste d’homme de main, chauffeur, prêt à beaucoup, à trop, pour gagner un peu d’argent, pour rendre heureuses Anastasia et Elisa, sa femme et sa fille.

Gabriele, le parrain de quartier qui se sent intouchable, patriarche d’un autre temps, qui donne sa chance à tout le monde, mais juste une fois, une seule et unique fois.

Marco rend quelques menus services à Gabriele, Filippo travaille pour Gabriele, mais ne saura pas saisir sa chance. A trop tirer le diable par la queue, on le provoque, et il vous attrape. Alors Fillipo va glisser doucement, mais surement du mauvais coté, celui où le respect de l’homme n’existe plus, celui où l’argent facile est roi.

Tout ce petit monde gravite dans une Italie gangrénée par la précarité et la corruption. Luca Poldelmengo trace un portrait amer, aux nombreuses teintes noires de son pays, une critique de la société issue de son imagination, mais comme il le souligne à la fin de son roman, tiré de récents faits divers réels.

Qui est l’homme en noir ?

Certainement l’âme damnée de Filippo, plus il s’enfonce dans la fange de la société, plus l’homme en noir a de pouvoirs sur lui, plus l’homme en noir dirige sa vie.

Luca Poldelmengo tisse sa trame avec ce petit monde, en dévoile les côtés sombres, il nous fait nous poser une question, une simple petite question : Possédons nous tous un homme/une femme en noir en nous ?

« […]Ses rapports avec les collègues étaient bons. Il n’aimait pas casser les couilles aux autres, trop fatigant.


À se mettre si peu en avant, il serait presque passé pour un type sympathique. Les autres ne semblaient pas s’offusquer que sa part de travail leur revienne. D’ailleurs, en Italie, un pistonné dans un emploi public, c’est comme un furoncle après avoir fait la bringue : il faut s’y attendre ; on espère juste qu’il ne surgira pas sur le cul […] »

Advertisement
Auteur de romans. Né en Arménie, Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Les articles sur Stanislas PETROSKY présent sur Zonelivre ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.