Jean-Marc SOUVIRA : Les sirènes noires

0
711
France

Des trafiquants d’humains aux assassins démembreurs, ce roman baigne aux rythmes de la magie africaine, celle qui fait peur.

INFOS ÉDITEUR

les sirenes noires - Jean-Marc SOUVIRA

Parution aux éditions Fleuve en novembre 2015

Trois histoires s’entremêlent dans ce thriller où le héros, le commissaire Ludovic Mistral, va devoir lutter sur plusieurs fronts : des meurtres d’albinos inexplicables, un réseau de prostitution international et un tueur insaisissable. Alors que des cadavres découpés sont retrouvés dans des squats de La Goutte d’or, Mistral et son équipe enquêtent sur un domaine qui les laisse perplexes et sceptiques.

En effet, à l’exception d’Ingrid Sainte-Rose, flic d’origine haïtienne, qui mesure d’instinct la gravité des faits, ils vont devoir dépasser leur système d’analyse et de pensées habituel pour appréhender une vérité autre. La crainte et la soumission allant de pair avec ce genre de croyances, ladite magie sert aussi à manipuler de jeunes Africaines ramenées de leurs villages pour «être coiffeuses» à Barbès et qui sont livrées à l’enfer de la prostitution dans l’une des rues les plus sordides de la capitale.

En parallèle, Mistral cherche à boucler une autre affaire : l’arrestation d’un tueur surnommé «le violeur des parkings». Mais à cause de la maladresse d’un de ses hommes, Morin, l’assassin parvient à fausser compagnie aux policiers lors de la perquisition à son domicile. Une faute grave qui place Mistral dans le collimateur de l’IGS. Et comme si cela ne suffisait pas, les viols de femmes recommencent dans Paris… Pire : le fugitif a comme avocat Cyrille Dumont, un ancien commissaire de police radié à la suite de l’affaire du «Magicien» (cf le premier roman de Jean-Marc SOUVIRA).

Et Dumont n’a qu’une idée en tête : se venger de Mistral.

(Source : Fleuve – Pages : 430 – ISBN : 9782265099302 – Prix : 19,90 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Une jeune femme africaine s’apprête avec deux autres jeunes femmes de son âge, à arriver en France pour une nouvelle vie… Elles sont aidées pour cela par une autre femme de son pays et son acolyte, après avoir été toutes les trois à la rencontre d’un sorcier pour les protéger du mauvais sort… mais ces jeunes femmes ne se doutent pas un seul instant de la finalité de leur voyage.

A Paris, des meurtres épouvantables sont commis par un assassin que les médias baptisent le Démenbreur.

S’ajoute à cela, l’annonce d’un trafic d’humains de plus en plus présent sur la capitale pour satisfaire de « gros poissons » et remplir les trottoirs de Paris.

Le commissaire Mistral et son équipe vont avoir fort affaire pour résoudre cette enquête qui s’annonce plus que difficile… Entre la vie privée et la vie professionnelle, il y a un fossé pas si énorme que cela. Mistral et ses collègues s’en rendent compte chaque jour…

Une chose qui m’avait beaucoup plu dans la découverte l’an dernier de l’écriture de l’auteur (le premier roman de l’écrivain, divisionnaire de police intitulé « le magicien », fortement recommandé) est sa sobriété dans l’écriture. Son premier polar qui évoquait un machiavélique pédophile, avait su étaler une noirceur sans pour autant « en faire des tonnes ». Et ca c’était un point fort qui m’avait plu : pas d’effets faciles, d’utilisation de scènes horribles volontairement gratuites pour faire peur ou frissonner, telle était la qualité principale de son premier roman.

Dans son dernier roman « les sirènes noires », paru en novembre 2015, Jean-Marc SOUVIRA met à plat les trafics honteux de femmes, à qui on leur promet un avenir radieux en France (ou autre pays d’Europe) et qui finissent sur le trottoir… Sur cette dénonciation de cet odieux trafic, l’auteur français nous sert une intrigue forte et doté d’un récit formidablement bien mené, sur un rythme d’enfer. Pesant, sombre et troublant, tout le récit baigne dans une atmosphère dangereuse : des trafiquants d’humains aux assassins démembreurs, ce roman baigne aux rythmes de la magie africaine, la mauvaise magie bien sur, celle qui fait peur.

Mistral qui se débat un peu dans ses problèmes familiaux et conjugaux, va devoir déployer une énergie folle pour pouvoir mettre un terme à cette infernale spirale de violence. Heureusement aidé par une super équipe et sur qui il peut compter, Mistral sait qu’il n’est pas au bout de ses peines.

Comme je le disais plus haut, un récit fortement bien mené, un rythme oppressant, prenant d’un bout à l’autre, un vrai page turner. Une grande efficacité ! Mais c’est surtout la sobriété dans l’écriture qu’il faut retenir dans ce nouveau polar : si l’auteur sait efficacement quand même nous faire frémir et trembler tout au long de cette enquête difficile, il le fait avec grand talent et « sans effets de manche ». Sobre et efficace : que demander de plus ?

Rajoutez à cela, de très bons personnages que l’on prend plaisir à retrouver. Il y a de l’humanité dans les romans de Jean-Marc SOUVIRA, au-delà de la violence présente dans ce polar sombre.

Le rendez-vous est pris pour le prochain roman de l’écrivain qui confirme avec cette nouvelle lecture, son talent pour écrire de très bons polars.

Plongez dedans avec cet auteur français (oui cocorico ! Nous n’avons rien à envier aux auteurs US) vous ne serez que satisfaits !!

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici