Isabelle VILLAIN : Mauvais genre

1
193
France
Isabelle VILLAIN - Mauvais genre
-
  • Éditions Taurnada le 15 novembre 2018
  • Pages : 252
  • ISBN : 9782372580489
  • Prix : 9,99 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups. Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

L’AVIS CLÉMENCE

La fin de l’année approche et je n’aurai jamais pensé avoir un coup de cœur pareil pour ce roman !

Thriller digne de ce nom où tous les éléments que je recherchent sont présents .
L’histoire commence par l’enfance d’Hugo, petit garçon solitaire, sans ami, qui se fait martyrisé à l’école . Pas franchement bien dans sa peau, il se ne sent bien qu’à son domicile en présence de sa mère. C’était sans côté sur son père et ses accès de colère qui viennent briser l’équilibre familial. Il a la main lourde et n’hésite pas à humilier mère et fils quotidiennement. Jusqu’au jour où ce père ira trop loin et Hugo assistera sans défense à la mise à mort de sa maman.
Et puis c’est tout …. On ne sait pas ce que devient Hugo… Je me suis sentie frustrée et je ne pouvais pas m’arrêter là. Je voulais connaître l’avenir de ce jeune garçon qui allait changer radicalement…

On fait ensuite la connaissance du Commandant Rebecca qui a déjà été au cœur des livres de l’auteur : Âmes battues et Peine capitale.
Cette troisième enquête mettant en scène ce personnage peut être lue complètement indépendamment.
Rebecca et son équipe nous font revivre les derniers instants du 36 quai des orfèvres et ses nombreux escaliers . Grosse nostalgie quant à ses lieux qui ne sont plus…
Ils nous emmènent sur les traces d’un meurtre sanglant d’une jeune femme sans histoire, Angélique. Troublée par son histoire, Rebecca mettra tout en œuvre pour découvrir son bourreau.

Parallèlement à ça , un tueur en série sévit alors qu’il aurait dû être attrapé et sous les barreaux. Cette histoire va venir chambouler notre Commandant , qui en plus reçoit de troublantes menaces …

Le suspens est au rendez vous . Les chapitres sont courts et ce livre est un vrai page Turner !
Les personnages sont attachants : Rebecca, veuve sans enfant à la situation amoureuse plus que compliquée et son équipe atypique .

Vous aurez peur, vous serez complètement obnubilés par la quête de vérité dans ce thriller !!

Des thèmes forts vous permettront de ressentir un panel d’émotions : les troubles de l’identité, les dysphories de genre, l’es violences conjugales, les traumatismes dans l’enfance…

Vous en ressortirez également pleins de connaissances quant à des sujets spécifiques : la différence entre les transsexuels et les transgenres, mais aussi entre un sociopathe et un psychopathe.

Thriller mêlant savoir, suspens, enquête et rebondissement que vous ne pourrez pas lâcher !

Réel coup de cœur pour moi que cette découverte littéraire. Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance.

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Ce roman commence par une tragédie familiale d’une grande violence et on termine le premier chapitre avec un profond dégoût pour ce père de famille qui vient de tuer sa femme devant leur petit garçon. Témoin malheureux de la mort de sa mère, le petit Hugo témoignera contre son père afin de rendre justice à sa mère. On se demande alors quelles incidences peuvent avoir de tels drames sur la construction individuelle de ces enfants témoins d’une violence quotidienne et ordinaire.

Des années plus tard, une femme est assassinée dans son appartement sans mobile très clair. Il n’y a pas eu d’effraction, ni vol ; L’équipe de Rebecca Lost en conclut que la victime connaissait son agresseur. Si l’intrigue se présente comme une enquête de routine au premier abord, il n’en est rien puisque le passé se mêle au présent pour nous offrir une intrigue pleine de rebondissements.

L’auteur exploite des sujets de société intéressants comme la violence faite aux femmes, l’homosexualité, l’adultère, et d’autres sujets encore plus délicats que je ne dévoilerai pas au risque de révéler l‘essentiel de l’intrigue. L’auteur prend également le risque de superposer à l’intrigue principale d’autres intrigues mais c’est avec brio que jamais le lecteur ne se perd. Mauvais genre est un polar d’une grande efficacité et est un véritable page-turner. Les personnages de l’enquête m’ont plu et convaincu. La chef de service, Rebecca représente la femme mure, travailleuse et amoureuse. Elle tient d’une main de fer son équipe même si on devine une fragilité et un besoin de sécurité constant. La perte de son premier mari, des lettres anonymes lui rappelant une ancienne enquête donnent un élan et une vitalité au roman. Les autres personnages qui gravitent autour de Rebecca sont également intéressants. Je pense en particulier à Mélina, un des agents de l’équipe de Rebecca. Elle est difficile à cerner et l’auteur a réussi à me faire douter à son sujet.

Coup de cœur indéniable, Mauvais genre réunit tous les ingrédients du thriller. L’auteur orchestre l’intrigue avec subtilité et tire les ficelles toujours au bon moment afin de tenir en haleine le lecteur jusqu’au dénouement.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici