Ilona ANDREWS : Kate Daniels – 6 – Montée magique

0
9
Ilona ANDREWS - Kate Daniels - 6 - Montee magique
-

Présentation Éditeur

La mercenaire Kate Daniels et son compagnon Curran, le Seigneur des Bêtes, se démènent pour résoudre une nouvelle crise déchirante. Incapables de contrôler leur bête, de nombreux enfants métamorphes de la Meute ne survivent pas à leur première transformation et n’atteignent pas l’âge adulte. Il y a bien un remède qui pourrait les aider, mais le secret de sa fabrication est jalousement gardé par les clans européens et peu de doses sont disponibles à Atlanta.

Kate ne supporte pas de voir souffrir des innocents. Pourtant, la solution qu’elle et Curran ont trouvée promet d’être encore plus douloureuse. Les métamorphes européens, qui ont déjà essayé de manipuler le Seigneur des Bêtes par le passé, lui ont demandé d’arbitrer un conflit en échange du fameux remède. Comme la survie de la jeune génération et le futur de la Meute sont en jeu, Kate et Curran savent qu’ils doivent accepter la proposition… Mais il ne fait aucun doute qu’ils se dirigent tout droit dans la gueule du loup.

OrigineEtats-unis
ÉditionsBookmark
Date29 avril 2019
TraductionCécile FRUTEAU
Pages520
ISBN9782375746561
Prix23,00 €

L'avis de Léa D.

Avec la fin du tome précédent, je ne pouvais qu’attendre avidement la sortie de Magic Rises !

Kate poursuit sa relation avec Curran, continue à apprendre son rôle (éprouvant) de Consort et s’occupe de Julie. Jusqu’au jour où elle est demandée à l’infirmerie, où deux adolescentes sont en train de virer Wolf. Wolf, c’est la perte de contrôle chez un changeforme, ce moment où toutes les défenses du corps tombent pour laisser place à la folie. Soit on s’en relève, soit on en meurt. A cet état, il y a apparemment un seul remède : la panacée (panacea en VO). Vous vous en doutez, c’est un produit très rare, très cher, et très difficile à fabriquer…

Curran est invité à arbitrer un conflit en tant que partie neutre entre trois meutes de Changeformes, installés en Europe. Kate et Curran pensent tous les deux à un piège, mais ils se décident à y aller car ils seront payés en panacée, ce qui leur permettrait de sauver beaucoup de vie en tentant d’enrayer le Wolfisme. Au cours de leur périple, ils vont être accompagnés d’Andrea, Raphaël, Tante B, Derek, Mahon… Ils ne seront pas trop s’ils se dirigent vers les ennuis !

Mais les ennuis ils les trouvent dès le début. Je n’en dirais pas trop, seulement le fait que non seulement ils se retrouvent entre changeformes rivaux, qu’ils doivent face à des attaques, et que Kate – qui doit protéger une jeune changeforme enceinte, Desandra – se trouve être méprisé parce qu’elle n’est « qu’une humaine ». Pratiquement aucun des changeformes présents ne la jugent digne d’être avec Curran ou mérite son titre de Consort. Ajouté à ça l’indécision, la tension, le manque de confiance, vous saurez comment Kate se sent dans cet univers différent de celui auquel elle est habituée !

Dans Magic Rises, j’ai particulièrement aimée la délocalisation de l’intrigue. En effet, contrairement aux tomes précédents, l’action ne se situe plus dans la ville tourmentée d’Atlanta et de ses environs, elle ne se déroule pas non plus aux Etats-Unis. Cette fois, c’est en Europe que ça va se passer. Outre le fait d’avoir un changement de décor, c’est l’occasion également de découvrir d’autres meutes de changeformes, avec des méthodes différentes et de nouveaux personnages, tous très intéressants. Pour ce qui est des personnages, j’ai trouvé les nouveaux intéressants, notamment Desandra, mais ce qui m’a le plus interpellé était les anciens. La relation entre Curran et Kate est comme toujours pleine de rebondissement, mais dans ce tome il y a encore plus de tensions et de surprises. Je n’en dis pas plus ! Kate est égale à elle-même, mais elle montre plus de fragilité, contrairement au premier tome où on la voyait presque seulement comme une dure à cuire que rien n’arrête.

Je vais faire un gros SPOILER, mais je ne peux pas m’en empêcher, désolée ! J’ai été particulièrement contente de retrouver dans Magic Rises Hugh d’Ambrey. Depuis le temps que j’attendais qu’il fasse une apparition plus marquée dans le récit ! Ilona Andrews a très bien préparé ce personnage, son entrée dans le récit est fracassante, et ce qui suit ne l’est pas moins.

Je n’en dirais pas plus pour préserver la surprise, mais pour ma part j’ai été surprise et transportée tout au long de Magic Rises, tout autant que pour les romans précédents. Kate Daniels fait partie de mes séries préférées, qui se bonifie au fur et à mesure !

Pour ce qui est de la lecture, je l’ai bien sûr lu en version originale, vu que Bragelonne/Milady n’a toujours pas décidée de reprendre cette merveilleuse série. A ma grande surprise, mes visionnages de séries et films en VOSTFR ont portés leurs fruits, j’ai englouti Magic Rises en environ deux semaines, tandis que j’avais lu avec plus de difficulté Magic Slays, le finissant au bout d’un mois. Pour ceux qui aimeraient connaître la suite de cette saga, je vous conseille beaucoup de le lire en Anglais (y a pas trop le choix d’ailleurs !). Quand on a lu les premiers tomes, qu’on est familiarisés avec les personnages et le style d’écriture, la lecture en VO est accès facile d’accès, même pour les personnes comme moi qui n’ont pas un niveau élevé en Anglais.

J’ai appris récemment qu’au lieu de compter sept tomes au total, les auteurs ont finalement décidés d’en écrire 10 ! Je saute de joie et je suis très impatiente de pouvoir lire la suite, surtout qu’on se rapproche sans cesse de Roland et que j’ai hâte de voir ce que ça va donner.

Edit : De nouveau édité aux éditions Bookmark 🙂

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.