Eduardo RISSO et Brian AZZARELLO : 100 Bullets

0
291
Flag-ETATS-UNIS

INFOS ÉDITEUR

100-bullets-integrale
100 Bullets intégrale Tome 1

Parution aux éditions PANINI Comics en 2003

Parution aux éditions Urban Comics depuis 2012 (refonte des tomes)

Coloriste : collectif

Traduit par Jérémy MANESSE

  • 16 Tomes Panini Comics (version souple)
  • 15 tomes chez Urban Comics
  • 2 tomes en intégrale chez Urban Comics

L’intrigue initiale est centrée sur un dilemme moral : les gens saisiraient-ils l’occasion de se venger violemment de torts qui leur ont été causés par le passé s’ils avaient la garantie de ne pas en subir de conséquence ? C’est le choix qu’offre l’agent Graves à divers personnages en leur présentant un attaché-case contenant une arme banalisée, cent cartouches, cent balles (bullets) totalement intraçables, ainsi que des preuves indéniables du mal qui leur a été fait et de l’identité du ou des responsables.

(Source : Urban Comics)

L’AVIS DE JEREMY BOUQUIN

Ce comic crime est une BD Culte du polar pulp américain.

Déjà 16 tomes et ce n’est pas fini. Il y aura 100 balles donc 100 épisodes (au début chacun devait être indépendant) regroupés dans 13 volumes au USA.

Ce Comics a d’ailleurs remporté l’Eisner Award de la meilleure série régulière en 2002 et 2004. Le label Américain Vertigo (chez DC comic) récidive avec Brian Azzarello (le scenariste de first wave, Batman-Broken city, Lovelesse…) et Eduardo Risso au dessin (Batman- Cité brisé, wolverine, Lune rouge…)

Tous les bons sujets du polar y sont abordés, la vengeance, la manipulation, la rédemption….

Sombre, violent et intrigant, les histoires dérangent. Ce polar nous titille, nous abuse…. et si … cette agents graves nous donne le pouvoir de tuer, il révèle ainsi le pire qui se cache en chacun de ces personnages, des petites histoires malsaines, voir quelques fois un peu trop morales.

Même si le dessin peu sembler parfois un peu simpliste, le trait nous rappelle Miller (et surtout Dark Knight), les histoires s’enchaînent, certaines font échos avec des personnages récurrents. (Les spécialistes parleront de « tiroir »).
100 Bullets se picore, voir s’avale tout entier sans concession.

Jusqu’à la gueule de bois.

Jérémy Bouquin – Auteur

Advertisement
Un auteur nous fait partager l'un de ses coups de coeur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.