Donato CARRISI : La fille dans le brouillard

0
2983
Italie

INFOS ÉDITEUR

la fille dans le brouillard - donato carrisi

Parution aux éditions Calmann-Levy en septembre 2016

Parution aux éditions Livre de Poche en octobre 2017

Traduit par Anaïs Bouteille-Bokobza

Une jeune femme est enlevée dans un paisible petit village des Alpes. Le coupable est introuvable, et voilà que la star des commissaires de police, Vogel, est envoyé sur place. De tous les plateaux télé, il ne se déplace jamais sans sa horde de caméras et de flashs. Sur place, cependant, il comprend vite qu’il ne parviendra pas à résoudre l’affaire, et pour ne pas perdre la face aux yeux du public qui suit chacun de ses faits et gestes, il décide de créer son coupable idéal et accuse, grâce à des preuves falsifiées, le plus innocent des habitants du village : le professeur d’école adoré de tous. L’homme perd tout du jour au lendemain (métier, femme et enfants, honneur), mais de sa cellule, il prépare minutieusement sa revanche, et la chute médiatique de Vogel.

Une adaptation de ce roman est prévue pour le cinéma.

(Source : Calmann-Levy – Pages : 350 – ISBN : 9782702160183 – Prix : 20,50 €)

L’AVIS DE MURIEL LEROY

Ce livre de Donato Carrisi a été une grande découverte pour moi.

En effet on se trouve là loin de ses précédents opus, où finalement le nombre de cadavres ne comptent pas, seule l’enquête sur la disparition d’une jeune fille devient primordiale. Une chasse à l’homme s’ouvre alors, dans une petite ville où une secte y a une place prépondérante…

Les héros du livre, comme à son accoutumé, ne sont ni noir ni blanc mais tout en demi-teinte et attachants malgré leurs défaillances…

L’auteur au travers de ses personnages nous démontre que la frontière entre le bien et le mal est ténu, chacun ayant ses propres motivations certains pour la gloire, d’autre pour la vérité mais ayant un même objectif y parvenir, peu importe la manière… Tous les moyens sont bons ! Détruire du moment que la cause est bonne n’a que peu d’importance !

Son flic en est l’exemple type, sûr d’avoir raison, il s’acharne jusqu’à ce qu’il trouve.  Là sera toute la question du livre… Que peut-on se permettre quand on est supposé représenter la justice, quelles sont les limites ? Peut-on s’allier avec les médias sans prendre le risque de couler une affaire et de jeter un individu à la vindicte populaire ?

On y voit donc là le rapport trouble entre la Police et les médias, chacun cherchant à attirer l’attention, la quête du scoop, les intérêts se mélangent au fur et à mesure et on finit par ne plus savoir qui a besoin de l’autre, qui utilise qui ?

Les personnages secondaires du roman ont ici aussi une place primordiale et nous éclairent sur le passé de chacun. Dans ce roman on navigue de fausses pistes en fausses pistes jusqu’à l’explication finale qui m’a totalement surprise je dois dire…

La structure du roman est originale. L’auteur oscille du passé au présent sans discontinuité à travers les différents chapitres, permettant ainsi au lecteur de mieux comprendre l’enjeu du livre. Ce n’est en rien dérangeant bien au contraire !

Ce qui m’a particulièrement plu aussi dans ce récit c’est l’ambiguïté des rapports humains. Chacun possède une part d’ombre qu’il justifie chacun à sa manière. Le désir de gloire et de reconnaissance sont là bien mis en évidence Il n’y a pas de succession de cadavre juste une enquête et un désir de connaitre la vérité quel qu’en soit le prix à payer. Bien sûr ce roman tranche avec les 4 autres où on y trouvait des cadavres et Religion, là c’est surtout évoqué au travers d’une secte. Cependant le but de l’auteur est de nous amener dans les méandres noirs de tous ces protagonistes, où chacun y joue son rôle à merveille et où nul n’est vraiment intègre…

Un livre que je recommande donc vivement !!! Du très bon Donato Carrisi


L’AVIS DE LEA D.

Dans les Alpes Italiennes, une jeune fille est enlevée. Pour résoudre cette enquête, c’est le commissaire Vogel qui est envoyé. Un commissaire aux méthodes pour le moins… surprenante ! Pour avoir les ressources et les subventions nécessaires à résoudre l’enquête, il n’hésite pas à se servir des médias, mais surtout à outrepasser les limites et parfois à falsifier certaines preuves. Cette enquête va entraîner les personnages loin, trop loin peut-être. Le commissaire Vogel, le professeur accusé du meurtre… Tous vont devoir face à la partie la plus sombre d’eux-mêmes !

Je suis Donato Carrisi depuis ses débuts avec Le Chuchoteur, et je dois dire que je ne suis jamais déçue ! Encore une fois, La fille dans le brouillard se révèle excellent. Donato Carrisi raconte l’absence de cette jeune fille à travers le filtre des réactions de la communauté, nous montre les différentes réactions (tant « bonne » que « mauvaise »), mais surtout fait un travail excellent avec les manipulations orchestrées par différents personnages, que ce soit par le commissaire Vogel ou par les médias. Nous savons tous comment les médias peuvent s’emballer vis-à-vis de certains événements, se contentant parfois de jouer avec les émotions pour faire de l’audimat et du chiffre. La grande force de La fille dans le brouillard est de nous montrer comment les médias fonctionnent, comment la police peut l’utiliser pour faire avancer une enquête… Car oui, des faits terribles se produisent tous les jours, à chaque minute, et nous en savons qu’une infirme partie ! Alors, parfois, pour pouvoir mener une enquête, il faut employer des moyens extrêmes.

Donato Carrisi réutilise une histoire racontée mille fois, mais avec son talent et son écriture, il réussit à la rendre neuve ! C’est la preuve qu’il se classe définitivement parmi les meilleurs auteurs de romans policiers de ces dernières années.

Encore une fois, La fille dans le brouillard est une excellente lecture, déstabilisante et surprenante jusqu’aux dernières pages. A lire !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.