Delphine DE VIGAN : Les heures souterraines

0
395
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Les heures souterraines - Delphine DE VIGAN

Parution aux éditions JC Lattès en aout 2009

Parution aux éditions Livre de Poche en mars 2011

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Au coeur d’une ville sans cesse en mouvement, ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Les Heures souterraines est un roman vibrant et magnifique sur les violences invisibles d’un monde privé de douceur, où l’on risque de se perdre, sans aucun bruit.

(Source : Livre de Poche – Pages : 256 – ISBN : 9782253134213 – Prix : 6,60 €)

L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

Longtemps. Très longtemps j’ai attendu avant de lire un roman de Delphine de Vigan, et ce n’est pas faute de m’y avoir incité. Finalement j’ai franchi le pas, et je remercie grandement ma libraire préférée de m’avoir mis ce roman entre les mains.

Dans ce roman nous avons Mathilde et Thibault. Deux êtres aux trajectoires différentes mais parallèles. Nous suivons leurs descentes aux enfers, durant une journée particulière, celle qui fera tout basculer. Mathilde subit les affres de son patron depuis plus de 6 mois, les humiliations, les mises à l’écart et tout cela dans le plus grand silence. Tout le monde sait. Tout le monde voit. Mais personne ne vient en aide à cette femme qui se noie de plus en plus et qui ne comprend pas pourquoi.

De son côté Thibault décide de se séparer de Lila. Il est persuadé qu’il ne sera jamais aimé et préfère jeter l’éponge rapidement. En même temps son travail le lasse, ne le passionne plus. Il n’en peut plus d’aller visiter les malades, d’être dans les embouteillages en journée continue. Il ne rencontre que des êtres en détresse et cette misère le touche bien plus qu’il ne l’aurait cru.

Ces 2 âmes, ces 2 solitudes sont similaires et nous espérons qu’une chose : que ces âmes se croisent.

Ce roman est une belle découverte pour moi, et pourtant il n’y a pas une once d’optimisme dans ce récit. Que voulez-vous… j’aime le noir et il est trop tard pour tenter de me changer.

Le monde du travail est finement analysé dans cette histoire. Actuellement les risques psycho sociaux représentent un aspect de la vie professionnelle non négligeable, et les entreprises ont d’ailleurs développé une vigilance particulière. Et là, l’auteur dénonce avec une justesse incroyable la violence souterraine et terriblement sournoise qui agite les entreprises. Tous les coups sont permis afin rabaisser celui dont on ne veut plus sans pour autant tomber dans le piège du harcèlement.

La description faite ici de l’isolement progressif, de la solitude grandissante est glaçant mais réaliste. Delphine DE VIGAN dépeint avec une grande justesse la détresse psychologique de Mathilde et le cercle vicieux dans lequel elle est rentrée.

Tout est réussi, pour moi, dans ce roman, d’autant plus que l’écriture et le style de Delphine DE VIGAN sont précis et sensible, et que sa justesse des mots pour les maux est captivante.

Pour finir je dirai simplement que c’est un roman à lire et que mine de rien il y a du positif dans ce livre. Ces tranches de vie arrivent à nous faire relativiser et à comprendre une chose essentielle : nous ne sommes pas seul, et il y a toujours une personne qui est là pour nous…faut simplement arriver à la voir.

Advertisement
PM, gestionnaire qui préfère le polar aux livres de comptes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.