David COULON : Dernière fenêtre sur l’aurore

0
348
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Derniere fenetre sur l aurore - coulon

Parution aux éditions Asgard en juillet 2013

Parutions aux éditions Hélios en mars 2015

La brigade des mineurs l’a usé.

Les morts de sa femme et de sa fille l’ont détruit.

À à peine 35 ans, Bernard Longbey n’est plus que l’ombre de lui-même.

L’abîme s’ouvre un peu plus sous ses pas quand il se retrouve à enquêter sur l’assassinat d’une jeune étudiante.

La connaissait-il ? Et pourquoi un détective privé est chargé de le surveiller, lui ? Tout est en place. L’enfer peut se déchaîner.

(Source : Hélios – Pages : 250 – ISBN : 9782917689820 – Prix : 8,00 €)

L’AUTEUR

Psychologue et homme de théâtre, David Coulon signe ici son premier polar, déjà sélectionné pour deux prix littéraires. Et deux autres romans sont à venir.

Il vient de remporter le prix VSD du polar 2015 – coup de cœur de Franck Thilliez pour son roman Le Village des ténèbres.

L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

« Dernière fenêtre sur l’aurore » est le premier roman de David Coulon, et pour démarrer il nous plonge dans un univers sombre et malsain par moment.

Tout commence avec Bernard Longbey, flic à la Brigade de Protection des Mineurs. Ce poste finit de le consumer totalement de l’intérieur, car la mort de sa femme et de sa fille l’ont déjà bien détruit. L’enquête ouverte suite à l’assassinat d’une jeune fille manifestement sans tabou, lui fait perdre lentement pied, car plus cette dernière avance plus il découvre le milieu pédophile, la torture et les meurtres…

Ce récit est un roman sombre dans lequel nous accompagnons la lente descente aux enfers du personnage principal. C’est sans doute pour cela que le rythme est assez lent avec relativement peu d’action, sans pour autant être un roman psychologique. Ce manque de rythme est intéressant, car il symbolise à lui seul la progression de l’enquête qui semble ne pas avancer.

Pour être honnête, l’histoire et l’intrigue ne m’ont pas plus emballé que ça, car plusieurs éléments m’ont semblé tirés par les cheveux ou peu réaliste, ce qui est dommage, car quand on a un roman qui traite des violences sexuelles sur les mineurs, les meurtres et la torture, je m’attendais à plus d’ancrages réels afin d’amplifier le sentiment de malaise que l’on peut ressentir avec ce genre de sujets. Je ne peux en dire plus sinon je dévoilerai un peu trop d’éléments.

Un autre point qui pêche, mais là c’est mon côté chauvin et totalement subjectif qui parle et je l’assume bien d’ailleurs : ma ville de Lyon n’est pas une cité sombre, déserte et sans âme comme il y est décrit. Je sais cela est un détail tout bête pour beaucoup, mais moi cela a interpellé le gone qui réside en moi.

Néanmoins, je retiens une chose de ce roman : les personnages.

Ils sont assez bien construits, les fractures intérieures sont belles (je sais cela est étrange d’écrire cela, non ?), et l’accompagnement de l’effritement psychologique des personnages est très bien construite, et qui jumelée avec une violence latente font des personnages forts.

Tant que je suis sur les personnages, il y a un point intéressant à soulever : il n’y a pas de personnages féminins dans ce roman…du moins pas de femmes vivantes. En effet, le spectre féminin est omniprésent en continu, avec la jeune Aurore assassinée qui fait l’objet de l’enquête, la femme et la fille de Longbey, et l’ex-femme de l’adjoint de Longbey. Cela génère un sentiment diffus et inhabituel. J’ignore si c’est un acte volontaire de l’auteur ou non, mais la construction de l’environnement des protagonistes (vivant ou non, présent ou non) avec cet aspect omniprésent est assez originale pour être soulignée.

Pour finir, je dirais que ce roman est un roman noir, sombre et parfois dérangeant, mais dont la lecture se fait aisément et facilement. La plume de cet auteur m’a intrigué et titillé ma curiosité. Je vais continuer à suivre cet auteur pour voir si les promesses entraperçues entre les lignes se concrétisent.

Advertisement
PM, gestionnaire qui préfère le polar aux livres de comptes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.