Chantal PELLETIER : Sens interdits

0
81
Chantal PELLETIER : Sens interdits

Présentation Éditeur

2046 en Provence.

Les citoyens, de plus en plus contrôlés (temps d’écran, carnets d’approvisionnement, empreinte carbone, etc.), ont du mal à échapper aux stages de récupération de points de permis de table, aux maisons de redressement alimentaire et au télécoaching punitif.

Des attentats alimentaires, quelques mois plus tôt, ont tué plusieurs fois en France, tandis que la faim taraude les plus démunis et que des milices veillent sur les ambitions économiques des investisseurs chinois. Dans ce monde affolant, les policiers alimentaires Anna Janvier et Ferdinand Pierraud doivent enquêter sur le meurtre d’une femme retrouvée ligotée nue à une chaise devant un festin à l’ancienne, gavée à mort. Ils ne se doutent ni l’un ni l’autre des répercussions que cette enquête va avoir sur leur vie et sur celle de leurs proches…

Origine Flag-FRANCE
Éditions Gallimard, Série Noire
Date 13 janvier 2022
Pages 256
ISBN 9782072888366
Prix 19,00 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Imagine un monde où le réchauffement climatique est tel que tout est sous contrôle, ce que tu manges, ton empreinte carbone, ton temps d’écran, et dès que tu déconnes, paf ! Tu te prends une prune, ou pire, tu vas carrément en maison de redressement alimentaire…

Ça fout les chocottes non ?

Ben pour Chantal Pelletier, ce sera en 2046, demain quoi…

Sens interdits, fait partie de ces livres qui sont anxiogènes, parce que le réchauffement, tout ça, on t’en cause pas mal aux infos, pis l’autre il dit que l’opulence c’était fini… Alors si ce roman c’était de l’anticipation ? Si demain ?

Non, enfin je ne crois pas, du moins, je n’espère pas.

Une dystopie amère où deux flic alimentaires doivent mener une enquête, une femme est décédée, gavée comme une oie en pleine période de « prohibition culinaire », qui leur réserve pas mal de surprise, et pas des bonnes, tu te doutes bien…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.