Caryl FEREY : Zulu

0
344
France

INFOS ÉDITEUR

caryl ferey-zulu

Parution aux éditions Gallimard dans la Collection Série Noire le 10 Avril 2008.

Parution aux éditions Folio en avril 2010

  • Prix des lecteurs Quai du Polar (2009)
  • Prix Mystère de la critique (2009)

Enfant, Ali Neuman a fui le bantoustan du KwaZulu pour échapper aux milices de l’Inkatha, en guerre contre l’ANC, alors clandestin. Même sa mère, seule rescapée de la famille, ne sait pas ce qu’elles lui ont fait… Aujourd’hui chef de la police criminelle de Cape Town, vitrine de l’Afrique du Sud, Neuman doit composer avec deux fléaux majeurs : la violence et le sida, dont le pays, première démocratie d’Afrique, bat tous les records.

Les choses s’enveniment lorsqu’on retrouve la fille d’un ancien champion du monde de rugby cruellement assassinée dans le jardin botanique de Kirstenbosch. Une drogue à la composition inconnue semble être la cause du massacre. Neuman qui, suite à l’agression de sa mère, enquête en parallèle dans les townships, envoie son bras droit, Brian Epkeen, et le jeune Fletcher sur la piste du tueur, sans savoir où ils mettent les pieds… Si l’apartheid a disparu de la scène politique, de vieux ennemis agissent toujours dans l’ombre de la réconciliation nationale…

(Source : Folio – Pages : 465 – ISBN : 9782070437573 – Prix : 8,50 €)

BANDE-ANNONCE

Sortie au cinéma en décembre 2013

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Un thriller d’une cruelle réalité

Dès les premières pages, nous sommes entraînés dans l’horreur…l’horreur d’un pays subissant l’Apartheid.

Nous suivons la vie d’Ali, un zoulou, qui après avoir vu sa famille massacrée, va devenir 20 ans plus tard, le chef de la Police Criminelle de Cape Town.

Aux côtés de sa mère, ils vont oeuvrer à leur manière pour un monde meilleur, pour tous les laissés pour compte qui inondent les townships.

Mais une affaire (le meurtre d’une étudiant blanche) et l’agression de sa mère va bientôt mener Ali sur des chemins dangereux et va faire ressurgir ses vieux démons…

Aidés de ses collègues, il tentera de comprendre si ce crime est un acte raciste ou si la vérité est beaucoup plus effrayante !
Tous n’en sortiront pas indemnes !

Caryl FEREY a vraiment réussi à peindre le tableau de la culture sociale, économique et politique de ce pays en proie à la corruption, la drogue, la misère, la violence…

Grâce à ses descriptions, j’ai voyagé pendant quelques jours dans ce pays encore à feu et à sang, qui tente de s’en sortir…

J’ai détesté l’auteur qui maltraite ses personnages, tout en me disant que ça ne pouvait pas en être autrement, vu le contexte !!!

Un conseil : âmes sensibles s’abstenir !!!

En définitif, un excellent livre qui fait froid dans le dos par son réalisme !!!!


L’AVIS DE LEA D.

Avec la sortie du film, c’était l’occasion de me replonger dans l’univers de Caryl FEREY et dans son livre Zulu.

Ali Neuman a vécu beaucoup d’événements traumatisants dans sa jeunesse, lorsque lui et sa famille ont été pris par les milices de l’Inkatha. Quelques années après, il est devenu chef de la police à Cape Town, en Afrique du Sud. Ali essaie désespérément de résoudre les deux principaux maux d’Afrique : la violence et le sida. Le climat social de l’Afrique a beau avoir évolué au fil du temps, la pauvreté et la misère sont toujours là, peu de travail et pas assez payé, un contexte social très dure… Il ne fait pas toujours bon de vivre en Afrique !

On se plonge directement dans l’enquête avec la découverte du corps d’une jeune fille assassinée, et qui semble avoir absorbé une drogue inconnue peu avant de mourir. Les questions sont de découvrir quel est exactement cette drogue, quels sont ses effets, et surtout quelle part elle prend dans ce décès.

A la tête d’une équipe, secondé par Brian Epkeen et Fletcher, Ali va devoir plonger plus que jamais dans le trouble de l’Afrique. Et à quel prix ?

En refermant Zulu, j’ai vraiment poussé un grand soupir : un thriller, certes, mais surtout une critique sociale. Des changements ont lieu, tous les jours, mais ce n’est jamais assez. On voit la haine, la violence et la souffrance affluer à chaque ligne. Comment ne pas compatir au sort de certains habitants du pays ? Car tous ne sont pas à plaindre évidemment, mais la majorité de la population n’arrive pas à s’en sortir. Caryl FEREY nous donne une grande claque en pleine figure et n’hésite pas à montrer tous les aspects, à la fois les plus beaux mais surtout les plus choquants et émouvants. Le sort des enfants que l’on croise au détour de l’intrigue m’a ému particulièrement.

Des personnages abîmés, désespérés, au bout du rouleau… On est très loin d’une histoire à l’eau de rose, une fois qu’on rentre dans Zulu, c’est pour finalement n’en ressortir qu’ému et bouleversé, pris aux tripes. Une histoire aux accents de vérité, très triste, très réaliste, bref on a vraiment l’impression de pouvoir déambuler dans l’univers et dans ce pays malmené. Une critique sociale plus qu’intéressante, notamment avec les faits historiques tels que ces commissions de vérité et réconciliation, mais aussi toutes les conséquences de l’apartheid, la présence de Nelson Mandela… Caryl FEREY a vraiment très bien distillé tout un contexte, toute une histoire, pour faire un livre criant de réalisme.

Quant aux personnages, ils sont tous aussi abîmés les uns que les autres ! Tous ont subi des revers, des violences, et ont tous vacillé au bord de la brèche. Une palme spéciale à Ali Neumann, vraiment le personnage le plus charismatique de Zulu. Il n’a pas laissé son passé le briser, il tente plus que tout de pardonner et d’avancer, même si c’est une des choses les plus difficiles à réaliser. Vraiment très bien décrit, très réel, et surtout très dense : j’ai été triste de le quitter à la fin de ma lecture et aurait aimé le connaître davantage. Mais j’ai également un petit faible pour Brian Epkeen. Un peu chien fou, cabossé, borderline, lui tombe souvent dans l’abîme pour mieux se relever.

Zulu est un récit à découvrir absolument !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici