Arno STROBEL : Souvenirs effacés

0
188
Allemagne

On a l’impression que la vérité n’est jamais loin et pourtant Arno STROBEL arrive à nous surprendre. Un polar rythmé, équilibré, alternant actions et rebondissements.

Arno STROBEL - Souvenirs effaces
Souvenirs effacés
  • Éditions Archipel le 6 juin 2018
  • Traduit par Céline MAURICE
  • Pages : 350
  • ISBN : 978-2809824506
  • Prix : 22,00 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Lorsqu’elle se réveille dans un hôpital, Sibylle, 34 ans, se souvient de tout, dont l’enlèvement de son fils par un homme tatoué.

Cependant, à sa sortie du coma, le médecin lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant.

Sibylle décide alors de prendre la fuite en pleine nuit pour rentrer chez elle.

Une automobiliste la recueille et l’accompagne jusqu’à son domicile. Mais, quand elle sonne à la porte, son mari ne la reconnait pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.

Lorsque, quinze ans plus tard, il écrit au pays depuis l’Australie pour demander qu’on lui envoie sa future épouse, sa famille comprend que l’apprenti mécanicien a parcouru bien du chemin : la mine d’or qu’il a découverte a fait de lui un richissime entrepreneur…

À son arrivée à Sydney, Elizabeth Drummond prend d’emblée en horreur quand elle sonne à la porte, son mari ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.

Quand ce dernier appelle la police, elle n’a d’autre solution que de nouveau prendre la fuite et part pour Munich, où, pressent- elle, se trouve la clé de l’énigme.

Sur place, en regardant la télévision, elle reconnaît le médecin qui était penché sur elle à son réveil. Il dirige une importante unité de recherche sur le cerveau.

Elle décide alors d’aller le rencontrer pour savoir qui elle est vraiment…

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Quand tout porte à croire que les souvenirs que vous avez ne correspondent à aucune réalité, toutes vos certitudes sont ébranlées et votre vie devient un véritable cauchemar. C’est ce qui va arriver à Sybille qui se réveille dans les sous-sols d’un hôpital après une violente agression dans un parc et qui s’enfuit très rapidement quand elle comprend qu’elle est en danger. Elle se souvient de son fils enlevé sous ses yeux, de sa maison, de sa meilleure amie, de son travail mais elle découvre en rentrant chez elle que tout ce qu’elle croit être et dit être est complétement faux. Le lecteur est alors d’emblée plongé dans une situation étrange et inquiétante. Tout le roman est construit sur cette inquiétude latente et est parcouru par de multiples incertitudes. Plusieurs personnages gravitent autour de Sybille et il est difficile de cerner s’ils sont empreints de bonnes ou mauvaises intentions à son égard. Il y a Rosie, cette femme fantasque et dynamique qui en croisant la route de Sybille, lui propose son aide sans se poser de questions. Il y a également un homme qui se présente comme le frère d’une femme qui a eu les mêmes symptômes que Sybille. Il l’écarte de Rosie qu’il juge dangereuse. Ils décident d’unir leur force afin de découvrir la vérité.

Mais de quelle vérité s’agit-il ? Existe-t-il une société occulte qui manipule Sybille ? Sybille fait-elle partie d’un programme scientifique ?

Le lecteur s’interroge très rapidement et il s’aperçoit très vite que tous les champs du possible s’offrent à lui. Sybille se retrouve dans une situation ubuesque qui dépasse l’entendement, elle doit fuir quelque chose et des personnes dont elle ne connaît pas les intentions et doit en même temps découvrir la vérité, sa vérité, c’est-à-dire son identité. La seule certitude qu’elle semble posséder est qu’elle est la maman d’un petit garçon enlevé sous ses yeux pendant l’agression. Si elle accepte que les souvenirs qu’elle a de son mari, sa maison, son travail sont faux, celui de la maternité est ancré au fond d’elle comme une empreinte indélébile. Ce polar est alors très bien rythmé et équilibré, alternant actions et rebondissements. On a l’impression que la vérité n’est jamais loin et pourtant l’auteur arrive à toujours nous surprendre avec brio. Souvenirs effacés est un thriller psychologique plutôt réussi malgré quelques longueurs. Arno Strobel exploite les mécanismes complexes de la mémoire humaine et offre un dénouement surprenant et inattendu.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici