David COULON : Le village des ténèbres

0
204
France

INFOS ÉDITEUR

david coulon-le-village-des-tenebres

Parution aux éditions Les Nouveaux Auteurs en avril 2015

Coup de coeur de Franck Thilliez, Président du jury Prix VSD 2015.

Un flic, son amie, et un commercial sont faits prisonniers dans un village où ne vivent que des femmes. Les protagonistes chercheront à s’échapper et à percer le mystère de ce bourg perdu dans la forêt. Ils ne sont pas les seuls captifs…

(Source : Les Nouveau Auteurs – Pages : 520 – ISBN : 9782819503958 – Prix : 18,95 €)

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Des histoires de disparitions, de complots, de machinations, il y en a à la pelle… ce roman est-il un livre avec un gout de déjà vu ?

Et bien non car derrière ce sujet moult fois utilisé (notez que rares sont les sujets qui n’ont pas encore été travaillé dans les polars, thrillers et autres romans noirs) , David Coulon va faire preuve d’un grand talent, celui que possède Stephen King. Il va créer autour de son intrigue une atmosphère étouffante et angoissante…

Bien sûr que son intrigue est très bien ficelée, j’avais juste envie de provoquer dans le début de cette chronique, que l’on croit à son histoire, mais ce n’est pas ce qui m’a le plus intéressé dans son livre. Non j’ai vraiment aimé comment David enfermait son lecteur dans ce village, comment au travers des descriptions, il retenait captif celui qui avait le livre en main, à notre tour nous sommes coincés en haut de ces montagnes.

Une atmosphère qui trouble le lecteur, qui le met parfois mal à l’aise est bien plus compliquée à créer, qu’une scène de torture par exemple. Décrire les douleurs d’une victime et ses plaies ce n’est pas si complexe que cela, parfois on assiste même à de la surenchère dans le gore, le glauque… personnellement je préfère vraiment que ce soit l’ambiance qui me donne cette impression de peur, qui me plonge dans l’univers inventé par le romancier, et là c’est pleinement réussi.

Un village maudit au fin fond d’une forêt perchée dans les montagnes. Là vivent des femmes, ou des semblants de femmes, en totale autarcie, plus ou moins coupée du monde. Quel mystère cachent ces femmes, qui est responsable de ces multiples disparitions, qu’est-il advenu de ces disparus ?

Luc un jeune gendarme va tenter de comprendre à ses risques et périls, entrainant bien malgré lui dans son sillage Julie sa petite amie. Il va s’en suivre une véritable course contre la montre pour sortir vivant de ce bourbier où ils se sont enlisés.

Aucun temps mort dans ce pavé de 520 pages, où lorsque l’on referme le livre en l’ayant terminé, on se rend compte que David nous a rendu quelque peu paranoïaque, puisque l’on se demande : Et si c’était possible ce genre de truc ?

Un très bon thriller angoissant à lire, seul, dans une cabane au fond des bois, si si…

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.