Paul CLEAVE : Un père idéal

0
125
Nouvelle Zelande

INFOS ÉDITEUR

Un pere ideal - Cleave

Parution aux éditions Sonatine en octobre 2011

Parution aux éditions Livre de Poche en octobre 2012

Traduit par Fabrice Pointeau

Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal.

Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines.

Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il va se tourner pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur. Après Un employé modèle, Paul Cleave récidive avec ce thriller noir et glaçant, au suspens omniprésent, et impose définitivement un style tout à fait nouveau dans l’univers du polar.

(Source : Sonatine – Pages : 405 – ISBN :  9782355840715 – Prix : 22 €)

L’AVIS DE EVA LEVEQUE

La lecture d’ « Un Employé modèle » m’avait déjà enchantée mais ce roman là m’a encore plus enthousiasmée !!

L’intrigue est tout simplement géniale, parfaitement construite, elle tient le lecteur en haleine.

Edward Hunter (nom prédestiné) vit une vie apparemment tranquille : mari de Jodie avec qui ils forment un couple heureux, père d’une petite fille adorable. Sa vie serait sans l’ombre d’un nuage si il n’y avait son passé douloureux. En effet, Edward est le fils de Jack Hunter, un tueur en série. Jack Hunter était, lui aussi, un père modèle : mari et comptable, il a tué pendant des années des prostituées sous l’influence de ce que lui appelle sa « noirceur » et de ce que nous, nous appellerions « schizophrénie ». La triste réputation du père a entaché celle du fils, Edward pris en photo lors de la capture de Jack, est connu de tous comme étant LE fils du tueur. Tous guettent en Edward les signes d’une folie similaire. Une piètre célébrité pour cet homme bon et aimant. Tout va basculer le jour où Jodie, son épouse, est tuée lors d’un braquage. Je ne révèle rien puisque, hélas, la 4 ème de couverture en fait mention. Je dis « hélas » parce que certains résumés sont, à mon sens, trop explicites. Même si cet évènement survient au début du livre, j’aurais préféré ne rien savoir car toute la dynamique provient de ce drame.

En tous cas, Edward, va se retrouver au cœur d’une terrible machination qui ébranlera sa raison et fissurera son identité. Comme sous le coup du Fatum, le destin, le héros va devenir ce que l’on attend de lui : une redoutable machine à tuer… Cleave écrit très justement les pensées de son protagoniste et le lecteur compatit réellement. L’on s’attache forcément à cet homme qui, finalement, ne peut lutter contre sa destinée. Le suspens est maintenu de la première à la dernière page. Tout y est : intrigue, les relations en miroir père/fils, le désespoir d’Edward et la cruauté de la vie. Le ton est plus sombre que dans un « Employé modèle » mais bien plus profond. Cleave s’interroge sur le personnage du tueur contrairement à la structure du récit policier qui nous attache logiquement à la victime. Ici, tout est focalisé sur le tueur. Ici, l’on comprend que, parfois, c’est la vie ou la société qui engendre ces monstres.

Courez donc acheter ce roman si ce n’est déjà fait ! Je suis déjà en train d’attendre le nouveau bijou de Cleave !!!

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici