Interview des auteurs Carole et Antoine FRUCHARD

0
288

Rencontre avec Carole et Antoine FRUCHARD (frère et soeur) à l’occasion de la sortie de leur roman « Les carnets rouges » en décembre 2017

Carole et antoine FruchardJérôme PEUGNEZ : Bonjour Carole Fruchard, pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours ?

Carole FRUCHARD : J’ai fait des études de lettres (classes préparatoires + master à la Sorbonne), et je suis entrée ensuite dans une école de commerce, sur les traces de mon frère Antoine qui avait intégré cette école l’année précédente. J’ai ensuite vécu 1 an à NY et 3 ans à Shanghai, en finance d’entreprise et comme commerciale. Je suis rentrée en France en 2016 et me suis mise à mon compte, en marketing digital.

Antoine FRUCHARD : Bonjour Zonelivre. Alors, j’ai grandi à Nantes et suis ensuite parti pour continuer mes études à Sciences Po et à l’ESSEC. J’ai travaillé ensuite aux Etats-Unis et suis ensuite revenu à Paris vers 25 ans pour monter ma boîte.

JP : Comment vous est venu l’envie d’écrire ? A quelle période ?

CF : J’ai toujours eu la passion d’écrire. Je me souviens qu’en 6ème, j’écrivais des contes, et une des révélations finales de notre roman vient d’ailleurs des cours de biologie de cette année scolaire.

AF : J’ai grandi dans une famille très littéraire où la lecture était l’activité favorite avec mes quatre frères et sœurs. Cela obligeait mon père à aller tous les samedis acheter des livres au marché aux puces. J’ai eu envie d’écrire un peu plus tard après l’adolescence et j’ai la chance d’avoir une sœur qui partageait cette envie : Carole (qui a juste un an de moins que moi).

JP : Quelles étaient vos lectures de votre enfance ?

CF : Je lisais absolument tous les romans qui me tombaient sous la main. Bibliothèque rose, bibliothèque verte, bibliothèque rouge & or, les romans policiers de la collection Le Masque, Jack London, Jules Verne, Dumas, Camus, Roald Dahl, les soeurs Brontë, Tolkien, etc.

AF : Très classique ! Enfant, j’ai dévoré les livres de Kessel, Dumas, Agatha Christie et un peu plus tard Balzac, Zola, Maupassant ou encore Hugo.

JP : Quel est votre ‘modus operandi’ d’écriture ? (Votre rythme de travail ? Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez vous évoluer vos personnages ?)

CF : On a pris le temps d’imaginer l’histoire d’un bout à l’autre du roman, par chapitre, avant de se lancer dans l’écriture de la première version. On a beaucoup utilisé Skype au début, car j’étais en Chine, et puis des Google Doc, des emails, etc. pour pouvoir avancer malgré les 8 heures de décalage horaire.
On travaillait le soir en rentrant du travail, ou le week-end.

AF : Nous avons eu l’idée de l’intrigue avec Carole et nous avons ensuite construit toute l’ossature ensemble. Nous travaillons le soir et le week-end en plus de nos métiers respectifs (j’ai créé une startup dans l’assurance) en utilisant un google doc car Carole travaillait en Chine à l’époque.

Carole FRUCHARD et Antoine FRUCHARD - Les carnets rouges
Les Carnets Rouges

JP : Quelle est la genèse de votre dernier roman « Les carnets rouges »?

CF : A l’époque, Antoine et moi étions étudiants dans la même école, et colocataires. Un soir, on rentrait de soirée, je parlais du fait que j’avais toujours eu envie d’écrire mais que je n’y arriverais pas seule, et il a eu cette brillante idée de le faire à 4 mains.

AF : Carole et moi étudions tous les deux dans la même école de commerce et nous habitions ensemble. L’idée est venue un jour d’écrire ensemble et j’étais très enthousiaste de le faire avec Carole car elle a beaucoup de talents et une super plume !

JP : Il y a-t-il des personnages qui existent vraiment, dont vous vous êtes inspiré ?

CF : J’ai besoin de visualiser avant d’être capable de décrire, donc pas mal de nos personnages ont des physiques inspirés de gens qu’on connaissait. Antoine me disait “tiens, tel personnage, je le verrai bien ressembler à un-tel”, et ça me servait de base. Les noms des personnages sont parfois des clins d’oeil à des gens de notre entourage, ou à des personnages de roman. Par exemple, je lisais “Lolita” de Nabokov ce qui m’a donné le nom de Mme Haze, et “L’Attrape-Coeur” de Salinger pour M. Stabile.

AF : Rien de précis mais la créativité est toujours inspirée par son propre environnement donc il y a en effet des traits de caractère de certains personnages que nous avons pioché autour de nous.

JP : Le parcours a t-il été long et difficile entre l’écriture de votre livre et sa parution ?

CF : Oui, on ne savait pas dans quoi on s’embarquait à vrai dire. Aucun regret, mais écrire et réécrire ce livre nous a occupé pendant 4 ans.

AF : Oui, cela a été long car ce travail d’écriture à quatre mains a été très enrichissant mais a exigé beaucoup d’allers et retours, plus de 4 ans…

JP : Avez-vous reçu des remarques surprenantes, marquantes de la part de lecteurs, à propos de vos romans ?

CF : Le simple fait d’avoir des lecteurs est marquant.

AF : Alors, une petite anecdote : nous avions initialement appelé l’héroïne Emilie mais quand j’ai découvert que c’était le prénom de celle qui allait devenir ma future belle-sœur, cela m’a assez troublé pour que je demande Carole si elle acceptait que nous changions le prénom (i.e. Alice). Cela peut sembler surprenant mais je suis devenu rapidement très proche de ma belle-sœur et le fait qu’elle ait le même prénom que notre héroïne rendait le « transfert créatif » beaucoup plus ardu !

JP : Avez vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma…) A part votre métier, votre carrière d’écrivain, avez vous une autre facette cachée ?

CF : Je suis passionnée de plongée en apnée, découverte récente mais qui m’a transformée. Je m’entraîne à Paris, mais rêve de repartir sur des îles, explorer les fonds des océans.
Mis à part ça, je fais un peu de dessin et de peinture.

AF : Je suis passionné par l’entrepreneuriat (j’ai créé une startup avec maintenant 25 salariés) et je trouve que cela offre un champ à l’innovation qui complète très bien celui de l’écriture.

JP : Quels sont vos projets ?

CF : Continuer à lire toujours plus, pour être inspirée pour un prochain roman.

AF : Plus qu’un projet, c’est une nouvelle vie qui m’attends dans quelques mois : être papa !

JP : Quels sont vos coups de coeur littéraires ?

CF : J’ai commencé la trilogie berlinoise de Philip Kerr, sur les conseils d’une amie éclairée, et c’est passionnant.

AF : Dernier coup de cœur : « Lettres d’un brigadier » de Louis-Gaston de Ségur.

JP : Une bande son pour lire en toute sérénité votre roman ? A moins que le silence suffise ?

CF : On a une playlist familiale créée par notre frère Benoit sur Spotify, impossible de ne pas y trouver au moins quelques morceaux en accord.

AF : Une bonne playlist de musique classique sur Spotify avec de préférence un baryton que j’affectionne particulièrement : Nicolas Rivenq.

JP : Avez-vous un site internet, blog, réseaux sociaux où vos lecteurs peuvent vous laisser des messages ?

CF : Pour le moment, nous ne sommes présents que sur Amazon.

AF : Pour l’instant, juste notre page Amazon !

JP : Merci Carole, merci Antoine Fruchard d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici