Fabrice PICHON : Plusdeprobleme.com

1
311
France

Ce roman c’est de la bombe d’humour, de situations rocambolesques, de personnages déjantés comme Fabrice Pichon sait si bien le faire

INFOS ÉDITEUR

Plusdeprobleme.com - Fabrice Pichon

Parution aux éditions Lajouanie en janvier 2016

C’est la drôle d’histoire d’un cadre criblé de dettes harcelé par ses créanciers ; humilié par le juge du surendettement ; méprisé par sa famille mais chéri par sa maîtresse qui se décide à se lancer dans l’élimination de ses semblables… C’est aussi la drôle d’enquête d’un commissaire qui traquant un monstrueux pourvoyeur de chair fraîche, croise la route d’un insaisissable tueur à gage…

C’est donc, mais pas que, la drôle d’histoire de Sylvie, Marc, Marie, et… Walter.

plusdeprobleme.com est un excellent et classique polar. À ceci près que le narrateur est un sacré schizo, grand amateur de whisky ; que le commissaire est une jeune femme, branchée demoiselle (on la retrouvera dans d’autres aventures) ; que le juge est pris pour un souteneur par le milieu, etc…

(Source : Lajouanie – Pages : 632 – ISBN : 9782370470652 – Prix : 23,00 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Un cadre criblé de dettes et qui doit faire face avec sa famille qui ne comprends pas la situation qu’ils vivent, décide de devenir tueur à gages.

Une commissaire qui doit enquêter sur les meurtres multiples, tout en surveillant un odieux trafiquant de jeunes filles destinées à faire le trottoir…

Tous les personnages des faits relatés plus haut vont se retrouver à un moment ou un autre, embarqués ensemble dans une invraisemblable histoire de crimes, de trahisons et j’en passe…

Le nouveau roman de Fabrice Pichon, auteur de plusieurs polars (dont vous pouvez retrouvez la chronique de certains d’entre eux sur Zonelivre) est une vraie surprise : le romancier natif de la région du Doubs nous a concocté un savoureux mélange des genres : dans ce nouveau roman policier (mais pas que…) qui parait dans une nouvelle maison d’édition, Fabrice Pichon associe une foule de personnages, des situations rocambolesques et invraisemblables, le tout parsemé d’un humour dévastateur, noir, pince sans rire, et saupoudré de moments de violences physiques et morales (choses inhabituelles chez l’auteur mais qui fait font plaisir à la lecture).

Fabrice Pichon, tout au long de ce pavé de 620 pages, ne nous ennuie pas une seule seconde : une intrigue générale et une secondaire, liée forcément avec celle ci, des dialogues bien péchus, des méchants bien comme il faut et des personnages fortement bien écrits. Que ce soit Marc, Sylvie, Marie et ce fameux Walter (sic), tous ont leur part belle dans l’histoire (ou les histoires) et chacun tire son épingle du jeu de fort belle manière.

En effet, ce roman policier (mais pas que…) mélange divinement les genres et si c’est la ligne directrice de cette collection des éditions Lajouanie, le romancier a largement réussi sa mission ! Ce fut un succulent plaisir de lecture, et j’aime beaucoup je l’avoue, ces romans qui mélangent les genres, mais sans trop se perdre dans la lecture de ceux ci.

Outre certains éléments d’écriture (que je ne peux vous révéler) et que je ne lui connaissais pas, ce nouveau roman de Fabrice Pichon lui ressemble bien et encore plus quand on connait un peu la personnalité de l’écrivain. Un roman bourré d’humour, joyeux et dur à la fois, avec du sentiment à gogo et aussi et ça c’est encore nouveau aussi : du sexe… Autant dire que ce nouveau roman, je le redis encore, est une vraie surprise à la lecture !

Cher Fabrice, si vous persévérez dans ce sens à nous épater de si belle façon pour votre prochain roman, il va être difficile d’attendre celui ci… (non je ne vous mets pas la pression du tout)

Trêve de plaisanteries, hâtez vous de lire ce petit bijou de roman policier (mais pas que…) vous ne pourrez pas être déçu ! Ce roman c’est de la bombe d’humour, de situations rocambolesques, de personnages déjantés et aussi… de beaux portraits de femmes comme Fabrice Pichon sait si bien le faire (oui il connait bien son sujet)

Allez à la prochaine !


L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

Je n’aime pas les gros livres.

Les pavés de plus de 600 pages m’emmerdent.

Je déteste cela, en tant que lecteur ça prend du temps à lire, en tant que chroniqueur ça prend encore plus de temps, et en tant qu’auteur je ne sais pas faire, 650 000 signes c’est fait pour les marathoniens de l’écriture, moi je stoppe à 250 000 et encore, parce que je ne peux pas faire 120 000 signes à chaque fois.

Normalement ce genre de livre qui pèse une tonne je ne lis pas, ou alors faut que cela soit un auteur que j’adore, ou un copain.

Fabrice Pichon est copain, damned je suis fait, je vais devoir le lire !

Ben la première chose à dire c’est que les 622 pages se lisent très vite, on ne sent pas défiler sous les yeux. C’est qu’il écrit bien le bougre, puis surtout c’est intéressant.

Prendre pour sujet un mec qui pète un câble à cause du surendettement, c’est un bon choix, cela pourrait donner un roman noir sociétal de premier choix. Seulement le célèbre Pichon Malté ne s’arrête pas là, non, le type, avec l’aide d’une prostituée va monter sa petite entreprise afin de tenter de s’en sortir, de sortir sa famille de dans la mouise. Basique tu dis ?

Excuse-moi mais s’associer avec ta maitresse, qui plus est péripatéticienne, si ça c’est basique, ne le dis pas à ton épouse parce que tu risques de passer un sale quart d’heure.

Oui, sauf que Fabrice à de l’idée, dans le style service à la personne, notre héros va choisir l’élimination de son prochain. Mais comme le gars n’y arrive pas tout seul, il va lui falloir de l’aide. Entre décider de dessouder un mec, une nana, en faire une cible et presser la queue de détente il n’y a pas un pas, mais fossé. Et pour franchir ce fossé, Marc va simplement devenir schizophrène et c’est son double Walter qui va jouer le méchant.

Rajoutez à cela un réseau de prostitution de l’Est qui n’apprécie pas que la maitresse du héros soit une indépendante, puis un autre réseau que le premier voudrait bien éliminer, sans oublier des flics et un procureur sur les dents, vous avez les ingrédients d’polar bien tourné, bourré d’humour et de cynisme.

Une fois plus de la ligne éditoriale Lajouanie, Roman policier mais pas que… fait mouche. On ne sait pas trop dans quel genre le livre se trouve, et ce n’est pas plus mal, faut arrêter de vouloir tout cloisonner, on ne peut pas quand on tombe sur des mecs comme Pichon.

Fabrice Pichon maitrise l’écriture, écriture à la première personne, on sent qu’il s’amuse dans la peau de ce cadre complètement paumé, coincé par la crise, il se retrouve au départ de ce livre dans le bureau d’un petit juge frustré qui abuse, profite de son pouvoir pour donner des leçons, on en vient à se rallier à Marc, à se dire et puis merde, ils l’ont bien cherché…

Conclusion, plus de 600 pages, mais pas que… N’hésitez pas à le lire pour passer un bon moment.

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.