Cay RADEMACHER : L’orphelin des docks

0
260
Allemagne
Cay RADEMACHER - orphelin des docks
L'Orphelin des Docks
  • Éditions Le Masque le 7 février 2018
  • Traduit par Georges STURM
  • Pages : 336
  • ISBN : 9782702445648
  • Prix : 20,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Hambourg, 1947. L’été est écrasant de chaleur. L’inspecteur principal de la police allemande, Frank Stave, vivote dans une ville écrasée de privations et de rationnements. Il continue d’attendre des nouvelles de son fils disparu dans la débâcle du front de l’Est mais commence à perdre espoir.

Dans un entrepôt en ruine, à deux pas du port désormais vide, le corps d’un enfant assassiné est découvert, étalé sur une bombe qui n’a jamais explosé. La scène est macabre et le crime odieux. L’enquête va conduire l’inspecteur sur les traces des enfants-loups ces orphelins de guerre qui vivent à l’écart de la société, sauf lorsque la faim les pousse au trafic ou à la prostitution.

Avec l’aide de son ami MacDonald, lieutenant anglais dans la police d’occupation, Frank Stave va mener l’enquête en se risquant dans une ville détruite, où la loi et la morale semblent perdues.

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Ce polar passionnant du début à la fin se passe au lendemain de la seconde guerre mondiale à Hambourg. Alors que les alliés ont organisé l’occupation de l’Allemagne, le pays est affaibli et devenu vulnérable. Le marché noir, les ruines, l’inflation sont les conséquences désastreuses du nazisme. Nous sommes donc en 1947, la chaleur torride écrase tel un couvercle la ville où l’air est irrespirable. Sur les bords de l’Elbe, près du port où sont démantelées des infrastructures allemandes par les russes, un jeune garçon est retrouvé assassiné dans un hangar désaffecté. L’inspecteur Stave est chargé de l’enquête et ce personnage m’a littéralement conquis puisqu’il se dégage très rapidement de lui une vulnérabilité et une tristesse latente. Veuf, il a perdu sa femme dans le bombardement d’Hambourg en 1943, son unique fils a choisi la voie du mal et s’est engagé dans les jeunesses Hitlériennes. Vivant dans l’attente de voir revenir son fils du camp de prisonnier dans lequel il est retenu, Stave nourrit également l’espoir de le retrouver changé et regrettant son choix. Sa relation amoureuse avec Anna est bancale bien que sincère minée par sa jalousie et le retour de son fils.

Si l’enquête est au final peu complexe, ce polar n’est reste pas moins très réussi. Et c’est avec enthousiasme que j’ai refermé ce roman. L’auteur ne se contente pas de nous narrer l’enquête de Stave, ses conclusions ou ses prises de risque, il nous imprègne dès le début d’une ambiance particulière. Le contexte historique est très marqué et je pense que c’est pour cette raison que ce polar est une grande réussite.

Si vous aimez l’histoire, lancez-vous sans tarder dans la lecture de ce roman. L’auteur y évoque le bombardement de 1943, le bilan humain fut lourd et la destruction de la ville importante. On retrouve alors dans ce polar les stigmates de ce terrible conflit qui a aussi affecté la population allemande. Les tommies (soldats britanniques), le marché noir, les ruines, le démantèlement des infrastructures du port installent l’intrigue dans un climat tendu. L’évocation des enfants-loups est également au cœur de l’enquête et renvoie encore le lecteur à une réalité historique bien souvent méconnue. Ce polar est bien documenté et instructif pour le lecteur.

La canicule, l’eau rougeâtre sortant au compte – goutte du robinet créent une ambiance pesante. Hambourg étouffe et Stave ne se résigne pas à trouver l’assassin du jeune garçon malgré les obstacles. Il agit seul et prend des initiatives qui pourraient nuire à sa carrière. La résolution coïncide avec l’arrivée tant attendue de la pluie et de l’orage sur Hambourg comme si le couvercle qui pesait sur la ville se soulevait enfin.

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici